Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité
Economie et société

ECONOMIE ET SOCIETE

Zone Euro : "un vrai problème de solvabilité"

24 Juillet 2013
Notez



"Je suis persuadé qu'un défaut est inévitable pour les pays les plus vulnérables de la zone euro. Cela ne signifie pas un défaut violent où l'on décide du jour au lendemain de ne rien rembourser. Cela peut consister en une restructuration par un échange de titres à un taux plus bas ou avec une maturité plus longue. Ce qui correspond de plus en plus à l'analyse qui est faite par le FMI et les Allemands.

Zone Euro : "un vrai problème de solvabilité"
(…) C'est un message que les pays de la zone euro ne veulent pas entendre, mais il y a un vrai problème de solvabilité. L'Italie a vécu très longtemps avec un taux d'endettement supérieur à 100% du PIB sans que cela ne pose de problème. Mais plus l'endettement est important et plus l'exigence en termes d'excédent primaire est élevée. Et quand on regarde la solvabilité en zone euro on peut avoir de sérieux doutes. On sait très bien qu'aucun des pays en difficulté ne pourra raisonnablement atteindre un excédent primaire, c'est-à-dire l'excédent budgétaire hors coût des intérêts, équivalent à 5,6 ou 7 % du PIB. Personne n'a jamais réussi. L'Italie à déjà connu un excédent primaire à 2/3% en 1999/2000. Mais c'est le maximum qu'elle peut atteindre. Concernant le Portugal, c'est impensable. En revanche pour la France et l'Espagne, pour l'instant ça va, car on part d'un endettement plus faible", a déclaré Patrick Artus, directeur de la recherche économique chez Natixis, dans une interview accordée à La Tribune.

Les statistiques publiées par Eurostat montrent que les pays du sud de la zone euro, qui appliquent l'austérité budgétaire, ont vu leur dette exploser en 2012. L'augmentation des dettes publiques des pays sous programme d'aide européenne et du FMI jette des doutes sur les remèdes choisis par les Européens pour régler le problème d'endettement excessif dans le sud de la zone euro. Le pire n'est pas encore derrière nous...




1.Posté par La_rebelle le 25/07/2013 04:01

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130723trib000777111/patrick-artus-un-defaut-est-inevitable-pour-les-pays-les-plus-vulnerables-de-la-zone-euro.html

Et pour mieux appauvrir l'Europe, on fait entrer la Lettonie :
http://www.eric-verhaeghe.fr/la-lettonie-dans-leuroland-trop-beau-pour-etre-vrai/

Paul Jorion est invité au Parlement Européen pour discuter du seul moyen qu'il reste pour sauver la zone euro, le 5 novembre 2013. Tous les détails sont sous la vidéo :
http://www.pauljorion.com/blog/?p=56275

2.Posté par www.crisemajeure.fr le 27/07/2013 21:05

Après Chypre, l'on envisage une prochaine crise financière pour la Slovénie. Or, l'économiste allemand Thomas MAYER, ex chef économiste et actuel conseiller de la Deutsch Bank, considère la situation de la France tout aussi fragile que celle de la Grèce. Les apparences d'un relatif bien-être sont donc bien trompeuses pour les français au moment où tous les indicateurs économiques sont au rouge, le réveil sera très brutal ! Les services du Premier ministre contactent toutes les directions de grandes entreprises pour les implorer de ne pas entreprendre de plans de licenciements. Une nouvelle dégradation de la France est inévitable, elle entraînera une hausse des taux d'emprunt obligataire, ce qui amplifiera la spirale de l'endettement - vidéo http://lesbrindherbes.org/2013/06/01/faillite-francaise-4-raisons-de-vous-preparer-au-coup-fatal/


Celui-ci pour le moment reste encore supportable du seul fait du flot incessant de liquidités déversées jusque-là par la Banque centrale européenne - voir plus haut à la rubrique "création monétaire " au troisième paragraphe, l'artifice utilisé par la BCE pour permettre à la Banque de France d'imprimer des euros en illimité, mais pour combien de temps encore, d'où viendra le secours puisque le bilan des banques centrales n'est plus composé d'actifs toxiques et douteux et que depuis novembre 2012, le budget de l'UE est exsangue de moyen financier. Sans compter qu'en janvier 2013, 16 milliards € d'arriérés ont dû être payés. Selon le député européen Alain LAMASSOURE, il n'y a pas de marge de manoeuvre. http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1633540/2013/05/15/Le-budget-de-l-UE-a-court-d-argent-en-novembre.dhtml

L'Allemagne si réticente jusque-là à accorder une aide financière aux pays en difficulté, revient sur ses positions par la voix du président de la Bundesbank qui le 24 mai dernier a plaidé pour accepter l'idée qu'un Etat de la zone euro puisse faire faillite.

3.Posté par La_rebelle le 29/07/2013 02:09

L'Allemagne n'a pas payé la totalité de sa dette de guerre, tout a été fait afin de ne pas nuire à l'économie du pays !

https://www.youtube.com/watch?v=qW3S1EuEMt8

Un des pays qui n'a pas été payé est la GRECE ! Grèce a qui l'Allemagne a encore vendu du matériel de guerre.

4.Posté par La_rebelle le 16/08/2013 21:57

A trop parler de la zone euro, on arrive à jeter un oeil du côté des Etats-Unis. Ce sont les US qui sont en train de perdre la partie !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com