La Société Générale a du mal à sortir la tête de l’eau

25 Janvier 2010
Notez

Il y a deux ans, la banque française était touchée de plein fouet par la crise financière. Aujourd’hui, si le groupe renoue avec les bénéfices, la situation est encore loin d’être idéale, notamment pour son activité banque de financement et d’investissement (BFI). A tel point que, selon La Lettre de L’Expansion, la Société Générale et le Crédit Agricole seraient sur le point de fusionner leur BFI afin de profiter de synergie. Une nouvelle fortement appréciée par les marchés financiers. Néanmoins, la complexité d’exécution d’un tel rapprochement pourrait ralentir la manœuvre.



Article publié pour la première fois le 24/01/2008

La Société Générale a du mal à sortir la tête de l’eau
Victime d'une fraude de 4,9 milliards d'euros dans ses activités de marché, le groupe dirigé par Daniel Bouton a également passé 2,1 milliards d'euros de dépréciations d'actifs au quatrième trimestre. Face à ces événements graves, le titre a fortement reculé à Paris dans la matinée, obligeant la clôture de l’action pendant quelques heures.

Les agences de notation ont aussitôt sanctionné la banque. Fitch en premier, abaissant sa note de crédit à long terme passant de « AA » à « AA- ». Autant dire que tout va mal pour la Société Générale : son résultat net 2007 s’élèvera à 600 millions d'euros, contre 5,2 milliards en 2006.

Pour faire face à ces mauvaises nouvelles, le groupe va lancer une augmentation de capital de 5,5 milliards d'euros, à laquelle JPMorgan, Morgan Stanley et Groupama se sont engagés à souscrire. Daniel Bouton a remis sa démission mais le conseil d’administration a rejeté sa proposition et renouvelé sa confiance au PDG. Une question reste néanmoins toujours en suspens : comment une seule personne peut-elle perdre près de 5 milliards d’euros ?

La réputation de la Société Générale en matière de gestion des risques sur les produits dérivés est durablement atteinte alors qu’elle est aujourd’hui la banque numéro un mondial sur les dérivés d'actions. Au-delà du risque d’image, la banque risque de voir éclater un énorme scandale. En effet, il semble impossible que personne d’autre n’ait pu être au courant.

L’histoire n’est donc pas finie, d’autant plus que l’avocat d’une centaine d’actionnaires de la Société Générale a annoncé avoir déposé plainte auprès du procureur de Paris pour "escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux, complicité et recel".



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Croissance, confiance, mais pas de complaisance Si la prudence est de mise concernant l’environnement de long terme… https://t.co/7c78jYZcFH
Jeudi 14 Décembre - 17:08
2018 : une nouvelle année de hausse en perspective sur les marchés actions Les prévisions de croissance pour 2018 e… https://t.co/DJ7vYtcKbe
Jeudi 14 Décembre - 17:08
L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com