"L’écart entre le taux d’imposition des grandes entreprises et des PME n’est pas sain"

24 Mars 2010
Notez



Autres articles
"L’écart entre le taux d’imposition des grandes entreprises et des PME n’est pas sain"
"Il existe en France un écart significatif entre le taux d'imposition facial des bénéfices des entreprises, qui est de 33,3 %, et le taux réel qui est de l'ordre 22 %. La première raison à cela est l'existence en France de nombreuses exonérations ou taux réduits dont les grands groupes savent tirer parti, plus que les PME. Je ne trouve pas très sain qu'il y ait un tel écart entre taux facial d'imposition sur les bénéfices et le taux réel. Nous réfléchissons à la meilleure manière d'y remédier.

(…)Les grandes entreprises ont également la possibilité de jouer sur les prix de transfert pour localiser leurs bénéfices, autrement dit les prix appliqués aux produits et services facturés entre les différentes filiales d'un même groupe. La dernière loi de finances rectificative contraint les entreprises à expliquer de manière documentée les relations qu'elles entretiennent avec des sociétés situées à l'étranger et qui leur sont apparentées, avec des exigences accrues lorsqu'il s'agit de sociétés situées dans des territoires non coopératifs"
a déclaré Christine Lagarde, ministre de l’Economie, lors d’un entretien accordé à La Tribune.

Pareil pour les particuliers

Bien qu’elles soient les premières à se plaindre des prélèvements obligatoires, les grandes entreprises sont en réalité celles qui paient le moins d’impôt. En effet, elles savent profiter pleinement des exonérations de toutes sortes. Résultat, les entreprises du CAC 40 ne sont imposées qu’à 8 %, selon un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires. C’est trois fois moins que les PME.

Mais ces inégalités se retrouvent également chez les particuliers. Contrairement à ce que l’on nous dit, ce sont les plus pauvres, moins informés, qui payent le plus d’impôts. Les plus riches connaissent les moyens pour entrer dans une niche fiscale ou pour profiter d’exonération d’impôt. Résultat, ce sont les classes défavorisées qui, proportionnellement à leur revenu, contribuent le plus au financement de l’Etat. Chercher l’erreur.




1.Posté par Mister Pro le 24/03/2010 11:43

Pas étonnant. Quand on connait bien les règles on peut passer à travers les mailles des impôts. Ce sont ceux qui s'y connaissent le moins qui trinquent...Comme toujours, non ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Des salariés de plus en plus volatils 1 salarié sur 2 prêt à quitter un poste au cours du premier mois Alors que le… https://t.co/3YLqGhguJa
Vendredi 21 Septembre - 12:14
Comment améliorer la satisfaction client ? À une époque où tous les services sont notés… https://t.co/IGeJKHkjdl
Samedi 15 Septembre - 09:01
L'économie mondiale va bien... malgré tout L’économie mondiale aborde cette rentrée de septembre sur une note posit… https://t.co/f5IeZLWxsa
Vendredi 14 Septembre - 15:11
RT @vincent_paes: Les ambitions de @RocheBobois à l'international https://t.co/Aogt5tNNAM #IPO
Vendredi 7 Septembre - 15:38





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com