"Fleury-Mérogis, une Cocotte-Minute prête à exploser"

2 Mars 2011
Notez



Autres articles
"Fleury-Mérogis, une Cocotte-Minute prête à exploser"
Arthur Frayer, journaliste, n’a pas hésité à devenir surveillant de prison pour écrire un livre sur l’univers carcéral. Pour cela, il a passé le concours de l'Ecole nationale de l'Administration pénitentiaire (Enap) puis effectué huit mois de formation. Après trois semaines de cours, il est envoyé en stage d'observation à Fleury-Mérogis. C'est sa première visite en prison. Voici un extrait de ces premiers jours.

« Prison modèle à sa construction, dans les années 1960, Fleury-Mérogis a vieilli très rapidement, gangrenée par la surpopulation carcérale et ses pics à 4 000 détenus pour un peu moins de 3 000 places. C’est un établissement hors normes, une Cocotte-Minute prête à exploser ». Beaucoup de surveillants sont des jeunes de moins de 30 ans, venus faire leurs premières armes ici et qui retourneront chez eux dès qu'ils auront suffisamment d'ancienneté. Quant aux prisonniers, « l'immense majorité d'entre eux a moins de 21 ans.

(…) La visite matinale se termine par un rapide passage dans la salle de fouille. Officiellement appelée « fouille à corps » et rebaptisée « fouille à cul » par les surveillants, elle est strictement encadrée et aucun contact physique n'est autorisé. Un surveillant adipeux d'une cinquantaine d'années nous explique très poétiquement son travail : « Ici, c'est simple, on voit passer des kilomètres de bites ! Et puis, quand on reçoit des travelos, je laisse le petit nouveau s'en occuper », lâche-t-il dans un éclat de rire en désignant du menton le surveillant stagiaire assis sur une chaise en face de lui.
(…) Ma première journée de « presque maton » touche à sa fin. Nous n'avons pas bougé de nos chaises de l'après-midi et mes membres sont ankylosés. Les autres élèves ne cessent de consulter leur montre. Un des formateurs conclut avant de nous laisser partir : « Un jour, un détenu m'a dit : “Vous savez, surveillant, moi, je vais partir d'ici avant vous ! Vous, vous y êtes encore pour trente ans ! ”
»


Améliorer les conditions

« Mon livre n'est pas contre les surveillants mais contre le système. Surveillants et détenus sont dans la même galère. Améliorer les conditions de détention, c'est améliorer les conditions de travail des matons. Mon but était de dire la complexité de la prison sans avoir un regard manichéen », explique-t-il à la République du Centre.

Pour lire plus d’extrait du livre

Pour acheter le livre


Tags : Prison

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Des salariés de plus en plus volatils 1 salarié sur 2 prêt à quitter un poste au cours du premier mois Alors que le… https://t.co/3YLqGhguJa
Vendredi 21 Septembre - 12:14
Comment améliorer la satisfaction client ? À une époque où tous les services sont notés… https://t.co/IGeJKHkjdl
Samedi 15 Septembre - 09:01
L'économie mondiale va bien... malgré tout L’économie mondiale aborde cette rentrée de septembre sur une note posit… https://t.co/f5IeZLWxsa
Vendredi 14 Septembre - 15:11
RT @vincent_paes: Les ambitions de @RocheBobois à l'international https://t.co/Aogt5tNNAM #IPO
Vendredi 7 Septembre - 15:38





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com