Dette : un rocher de plus en plus lourd à porter

26 Novembre 2012
Notez



Fin 2010, Économie et société mettait en garde contre le risque de cercle vicieux quand à la stratégie adoptée par l’Union européenne pour traiter le problème. Chacun des peuples des quatre pays périphériques de l’Eurozone porte à présent ses dettes d’État comme Sisyphe son rocher. Heureusement, l’Europe veille, et pour sauver les États de la faillite, elle apporte des crédits supplémentaires.

88,2 % du PIB

Dette : un rocher de plus en plus lourd à porter
Deux ans plus tard, les chiffres viennent malheureusement confirmer cette vision. Pire encore, la France pourrait bientôt rejoindre le groupe des mauvais élèves. La dette publique de la zone euro a continué d'augmenter au premier trimestre 2012 pour atteindre 88,2 % du produit intérieur brut (PIB) contre 87,3 % à la fin du quatrième trimestre 2011, selon les chiffres publiés lundi par l'institut européen de statistique Eurostat. En valeur absolue, la dette publique de la zone euro s'est élevée à 8 328,56 milliards d'euros, selon Eurostat.

Dans l'ensemble de l'Union européenne, la dette publique est passée de 82,5 % à 83,4 % au premier trimestre 2012. Par pays, les ratios de dette publique/PIB les plus élevés ont été observés en Grèce (132,4 %), en Italie (123,3 %), au Portugal (111,7 %) et en Irlande (108,5 %), et les plus faibles en Estonie (6,6 %) et au Luxembourg (20,9 %).

Les vrais problèmes de la zone euro persistent :

- L’état des systèmes bancaires européens devant les pertes vraisemblables sur les plus de 2000 milliards d’euros engagés fans les bulles immobilières des États périphériques. L’Espagne pourrait bien devenir la tombe de certaines banques françaises et le Parthénon leur Mausolée, d’ailleurs la Pythie le sait bien... C’est l’équivalent européen des subprimes, c’est la phase européenne de la grande crise de la déréglementation sous la forme d’une crise bancaire majeure.

- Les graves inégalités de compétitivité entre les pays de l’Eurozone. L’Allemagne réalise ses excédents commerciaux (135 milliards d’€ en 2009) sur les déficits commerciaux de la France (- 55 milliards d’€ en 2009), de l’Espagne, du Portugal, de la Grèce, or l’Allemagne ne va plus vouloir prêter.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Croissance, confiance, mais pas de complaisance Si la prudence est de mise concernant l’environnement de long terme… https://t.co/7c78jYZcFH
Jeudi 14 Décembre - 17:08
2018 : une nouvelle année de hausse en perspective sur les marchés actions Les prévisions de croissance pour 2018 e… https://t.co/DJ7vYtcKbe
Jeudi 14 Décembre - 17:08
L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com