Dette : "maintenir la note française sera tendu"

2 Juin 2010
Notez



Autres articles
Dette : "maintenir la note française sera tendu"
"Le maintien de la note AAA pour la dette française sera tendu. Pourquoi ? Parce qu'au début des années 1980, 80% de l'accès au crédit qui permettait de financer ses projets pour une entreprise, un particulier ou un Etat, se faisait auprès des banques ou des banques centrales. Aujourd'hui 80% de l'accès à ces crédits pour financer nos investissements s'effectue auprès du marché. Nous devons réduire notre endettement pour éviter d'être trop dépendant des marchés, et nous devons le faire dans la durée", a déclaré dimanche François Baroin, le ministre du Budget, invité de l'émission Dimanche + sur Canal+.

Pas de risque… sur le court terme

Mardi matin, sur BFM radio, le ministre du Budget se voulait donc plus optimiste, n’hésitant pas à se contredire : "La signature française est l'une des plus avantageuses aujourd'hui, c'est une signature refuge. On l'a vu au moment de la crise grecque. Pourquoi ? Parce qu'on a une économie diversifiée, parce qu'on a une main-d’œuvre qualifiée, parce qu'on un niveau d'endettement privé (entreprise et ménage) faible comparé à d'autres pays qui sont secoués, parce qu'on a un système bancaire dans ces ratios qui est l'un des plus stables. (…) Il n'y a aucun doute, il n'y a aucun risque, il n'y a aucune interrogation parce que nous sommes résolument entrés dans une nouvelle ère de maîtrise des finances publiques pour les trois années qui viennent et pour la suite."

Aussitôt l’annonce faite, le gouvernement a souhaité préciser qu'à travers le terme "tendu", il fallait entendre "constant" et non pas "difficile". François Baroin a également précisé que "quand on dit tendu ça peut vouloir dire droit, constant, sans faiblesse". Nous prennent-ils pour des idiots ? Du côté des agences de notation, on affirme que le triple A de la France n’est pas en danger… sur le court terme. La situation pourra donc s’avérer tendue si la France n’atteint pas ses objectifs de réduire le déficit à 3 % du produit intérieur brut (PIB) d’ici à 2013.




1.Posté par David CABAS le 05/06/2010 13:32

Face au chantage de l'empire financier :

Crise des « subprimes », crise bancaire, accélération de la destruction de l'agriculture, de l’industrie et des emplois. Puis aujourd’hui crise de l’euro, crise de la dette publique des États, destruction du service public, chantage sur les retraites. Sans oublier les divers plans injustes pour sauver les banques !

Nous devons nous organiser et nous mobiliser massivement pour demander à faire la lumière sur la crise financière en convoquant immédiatement une commission d'enquête parlementaire !

Rejoins moi sur mon groupe facebook : http://fr-fr.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts

David CABAS
david.cabas.over-blog.fr

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Comment améliorer la satisfaction client ? À une époque où tous les services sont notés… https://t.co/IGeJKHkjdl
Samedi 15 Septembre - 09:01
L'économie mondiale va bien... malgré tout L’économie mondiale aborde cette rentrée de septembre sur une note posit… https://t.co/f5IeZLWxsa
Vendredi 14 Septembre - 15:11
RT @vincent_paes: Les ambitions de @RocheBobois à l'international https://t.co/Aogt5tNNAM #IPO
Vendredi 7 Septembre - 15:38
RT @vincent_paes: Entretien avec @Paul_F_Fournier : @Bpifrance va massivement soutenir la #deeptech ! https://t.co/MPsUGufFfy
Vendredi 7 Septembre - 15:38





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com