"Des tentatives de déstabilisation venues du plus haut niveau de l'État"

18 Janvier 2012
Notez



"Grosso modo, une fois tous les six mois au minimum, on annonçait que j'allais partir, que j'étais profondément déstabilisée, fragilisée. Depuis quatre ans, j'ai subi de multiples tentatives de déstabilisation venues du plus haut niveau de l'État. Ce que je sais c'est que j'avais des coups de boutoirs à peu près tous les trois mois, des plus hautes autorités de l'Etat, de déstabilisation systématique.

"Des tentatives de déstabilisation venues du plus haut niveau de l'État"
(…) J'ai refusé le démantèlement d'Areva au profit des uns et des autres et c'est clair, j'ai gêné un certain nombre d'intérêts privés qui souhaitaient le démantèlement d'Areva, qui souhaitaient récupérer des morceaux, qui souhaitaient pouvoir privatiser en particulier la mine. Je sais que j'ai heurté des intérêts privés, je sais que de ne pas être au club du Fouquet's pour faire du nucléaire, ça devenait un handicap tout à fait significatif", a déclaré Anne Lauvergeon, ex patron d’Areva, sur BFM.

Une guerre des nerfs pour 1,5 millions d’euros

Anne Lauvergeon, qui sera restée à la tête d’Areva pendant dix ans, passe à la contre attaque. Depuis son éviction en juin 2011, les critiques pleuvent sur sa gestion du groupe nucléaire français. En particulier sur l’acquisition de la société de gisements d’uranium canadienne Uramin pour 2,5 milliards de dollars. Cette dernière s’est révélée être un fiasco financier pour le groupe français. Selon un audit réalisé en 2010 pour le groupe, Areva aurait été victime d'une "escroquerie". Anne Lauvergeon affirme avoir été victimes d'écoutes illégales effectuées par des enquêteurs privés qui auraient cherché à établir une éventuelle implication frauduleuse dans le dossier Uramin, ce que dément formellement le couple.

Le 21 décembre dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour tenter de vérifier si le couple a effectivement été la cible d'une enquête privée qui portait notamment sur les conditions de l'acquisition en 2007 par Areva de la société minière canadienne Uramin. Toute cette affaire ne l’empêche pas de réclamer 1,5 millions d’euros d’indemnités de départ. Une audience se tiendra le 3 février. En attendant pour faire pression sur Areva, Anne Lauvergeon continue les discours chocs...



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Des salariés de plus en plus volatils 1 salarié sur 2 prêt à quitter un poste au cours du premier mois Alors que le… https://t.co/3YLqGhguJa
Vendredi 21 Septembre - 12:14
Comment améliorer la satisfaction client ? À une époque où tous les services sont notés… https://t.co/IGeJKHkjdl
Samedi 15 Septembre - 09:01
L'économie mondiale va bien... malgré tout L’économie mondiale aborde cette rentrée de septembre sur une note posit… https://t.co/f5IeZLWxsa
Vendredi 14 Septembre - 15:11
RT @vincent_paes: Les ambitions de @RocheBobois à l'international https://t.co/Aogt5tNNAM #IPO
Vendredi 7 Septembre - 15:38





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com