Surendettement : la crise continue de faire son effet

20 Février 2012
Notez



En 2009, le montant de la dette des ménages français s’élève à 1 000 milliards d’euros. L’endettement par habitant est l’un des plus faibles d’Europe. Pourtant, le montant dû par chaque ménage surendetté est beaucoup plus élevé en France qu’ailleurs. Et avec la crise, cette tendance s’aggrave. En 2009, 900 000 ménages français sont surendettés. Le pire c’est que des millions d’autres rencontrent également des difficultés.

Un fichier pour lutter contre le surendettement

Surendettement : la crise continue de faire son effet
Deux ans plus tard, la situation ne s’est pas arrangée. Le nombre de dossiers de surendettement ne cesse de croître. En 2009, on en recensait 189 000 en 2009, 196 000 en 2010 et 204 000 en 2011. Seul petit bémol positif, le montant moyen des dossiers de surendettement qui évolue la baisse : 41 700 euros en 2009, 44 600 euros en 2010 et 36 000 euros en 2011.

Pour lutter contre ce phénomène, le Sénat a décidé de mettre en place un fichier national des crédits afin d’avoir un suivi plus précis. L’objectif ? Éviter aux ménages surendettés d’accéder à de nouveaux crédits. C’est la Banque de France qui serait en charge de la gestion de ces dossiers. Mais ce projet ne fait pas l’unanimité. Il existe en effet une inconnue de taille : le coût de gestion d'une telle basse de données. De plus, ce fichier ne constitue pas un frein efficace à l’accès des ménages surendettés. Au contraire, certains craignent que les banques s’en servent comme un fichier de démarchage.




1.Posté par Francoise Fondadouze le 21/02/2012 11:34

Les exemples européens (sans oublier aussi celui du Canada outre atlantique) et, en particulier, celui de la Belgique qui s'est dotée d'un fichier "positif" en 2003 et a vu le surendettement de ses ménages qui n’a cessé de croitre jusqu'à exploser littéralement en 2010, ne sont pas concluants.

Cela dit, on peut parfaitement comprendre la volonté des technocrates européens inféodés aux banques (en France même, plusieurs banques y sont très favorables) de créer un fichier "positif" unique paneuropéen, mais ce n'est pas dans l'intérêt des consommateurs !

Qui plus est, on sait bien qu'en France un tel fichier métastaserait très vite (les crédits, c'est une information nécessaire mais pas suffisante pour apprécier la solvabilité d'une personne, alors ajoutons-y les retards d'impôts, de loyers, de factures d'énergie, etc.).

En attendant, en triant les consommateurs en "solvable" et "non solvable" et en sachant pour chacun d'eux quelle est la structure de son endettement, on pourra proposer à ceux qui sont trop endettés un rachat de crédits et à ceux qui ne le sont pas assez des crédits irrésistibles. Yahoo, quel super outil de marketing direct !!!

Qui plus est, le coût pharaonique de la réalisation d'un tel fichier (par la multinationale Experian of course) et le coût astronomique de sa maintenance qui sont disproportionnés avec l'objectif poursuivi (c'est un canon de 75 pour tuer une mouche !) le rendrait effectivement "positif" pour certains ! In fine, ce sont les consommateurs qui paieraient l'addition très salée car encore agrémentée de la marge des banques utilisatrices qui trouveraient là une source de revenus supplémentaires non négligeables (on sait bien qu'elles gagnent plus avec les frais de gestion de compte qu'avec les crédits).

En avant dernier lieu, outre l'exclusion de l'accès au crédit de certaines catégories de consommateurs, je n'ose imaginer les conséquences des erreurs de saisie (cf les rapports du FICP), pour n'évoquer que cette nature de dysfonctionnement, sur ceux qui en seront nécessairement victimes.

En dernier lieu, les conséquences évoqués sur la distribution du crédit qui connaît déjà un recul historique sans même que la loi Lagarde ait produit tous ses effets serait désastreuse sur la consommation des ménages qui est le levier principal de croissance en France en attendant que les candidats à l'élection présidentielle réindustrialisent le pays ! On observe actuellement que la baisse de la croissance entraîne une augmentation du chômage. Remplacer des surendettés (attention d'ailleurs à la typologie du surendettement qui le rend intraitable par un fichier fut-il dénommé "positif" par tous les pharmaciens Coué de la politique et des affaires, dont les plus honnêtes misent sans doute sur un effet placebo qui ne peut se produire en cette matière) par des chômeurs qui grossiront à leur tour les rangs des premiers, c'est tout simplement stupide comme … se tirer une balle dans le pied.

Or, des solutions plus efficaces et moins dangereuses pour les libertés individuelles et, surtout, moins onéreuses existent. J'invite ceux que cela intéresse à consulter mon blog :http://rachatcredit.blog.capital.fr

Quoi qu’il en soit, grâce au gouvernement et aux députés de gauche à droite qui ont retoqué ce projet digne de Big Brother plus de 25 millions de français l'ont échappé belle !


Francoise Fondadouze
Gérante Rainbow Finance




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com