Le green business voit la vie en rose

25 Avril 2011
Franck Stassi
Notez



Le green business voit la vie en rose
Depuis deux ans, les fonds d’investissements placent leurs pions sur le marché des technologies vertes. Les produits financiers dédiés se sont multipliés et les start-up en ont profité pour saisir leurs chances. Les États-Unis continuent d’être à la pointe sur ce marché. L'administration Obama a donné la priorité aux recherches sur les énergies nouvelles. L’objectif est de développer des technologies alimentant le « Green Business ». Au total, en incluant les fonds accordés par d'autres ministères, le financement des technologies vertes par le budget fédéral devrait être d'environ 4 milliards de dollars l'année prochaine.

Article publié pour la première fois le 24/04/2009

Les valeurs tournées vers l’environnement présentent « l’avantage de présenter une grande visibilité économique. Ces sociétés bénéficient d’une forte récurrence dans leurs business plans avec des contrats de longue durée, ce qu’affectionnent particulièrement les gérants. Par ailleurs, la thématique environnementale séduit les investisseurs et leur donne une bonne image d’eux-mêmes », explique à l’Agefi Jean-François Descaves, président de Financière de Champlain, un établissement tourné vers l’investissement vert et responsable.

La France n’est pas en reste

Preuve de leur capacité d’attraction, depuis le début de l’année, les opérations se multiplient : un fonds de pension danois va investir 292 millions d’euros dans Hudson Energy, un fonds spécialisé, tandis qu’en plein marasme financier, SolFocus, une firme californienne basée sur les centrales solaires photovoltaïques, s’est payé le luxe de s’offrir deux levées de fonds, pour un montant total de 67,5 millions de dollars.

La France n’est pas en reste : ainsi, proposant un dispositif de suivi du soleil, la société bordelaise ExoSun a levé 4,5 millions d’euros auprès de Crédit Agricole Private Equity. Les chiffres donnent le tournis : l’an dernier, 155 milliards de dollars ont été investis dans les technologies respectueuses de l’environnement, les « cleantechs ». Les fonds ambitionnent de prendre leur part du gâteau, même si, pour l’heure, leur contribution reste faible : en 2008, ils ont placé 11,74 milliards de dollars dans près de 700 entreprises, selon Thomson-Reuters.

Afin de permettre à un plus large public d’accéder à ce potentiel, les produits tournés vers les valeurs vertes se multiplient. Financière de Champlain vient de lancer un Fonds commun de placement dans l’innovation dédié à l’environnement et à la santé, avec une importante part de start-up. Toutefois, ce type de placements s’avère risqué, les sociétés investies étant souvent fragiles, et le potentiel gain à long terme.

69% des fonds d’investissement français sont prêts à investir dans les cleantechs et l’énergie

Le financement des sociétés du secteur réside quasi-exclusivement via des professionnels. Cleantech business angels, un réseau de business angels français spécialisés dans l’énergie et l’environnement, a reçu 150 dossiers en un an, et ambitionne de doubler le nombre de candidatures examinées en 2009. Une étude réalisée par Aélios Finance mettait récemment en exergue cette volonté : 69% des fonds d’investissement français spécialisés dans le capital risque technologique sont prêts à investir dans les cleantechs et l’énergie. Un investisseur plus institutionnel, la Caisse des Dépôts, va pour sa part mobiliser 30 millions d’euros pour financer des plates-formes d’innovation et de recherche entre acteurs privés et publics.

Mais c’est une entreprise qui présente a priori peu de liens avec ce domaine, Google, dont l’investissement n’est pas le premier métier, qui crée actuellement l’événement. En un an, par le biais de son nouveau fonds Google Venture, 100 milliards de dollars devraient être placées dans les cleantechs. Le renforcement des mesures législatives, encourageant l’utilisation de biens et services verts, stimule les entreprises du secteur.

Franck Stassi


1.Posté par CLÉMENT GAUTHIER le 29/04/2011 10:27


BONJOUR,
ÇA PREND UNE AUTONOMIE ET UNE INDÉPENDANCE FACE A L'ÉNERGIE, IMAGINEZ NE PLUS PAYER LES COMPTES D'ÉLECTRICITÉ
NOUS AURIONS PLUS D'ARGENT DANS NOS POCHES. VOIR VIDÉO SUR YOUTUBE ( chargeur autonome décembre 2010 )
AU PLAISIR
CLÉMENT G
ABITIBI

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com