Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

L'Éducation nationale gère mal ses effectifs

3 Décembre 2009
Notez

Le système de remplacement de l'Éducation nationale préoccupe. Le développement des vacataires, enseignant remplaçant au statut précaire, stigmatise cette tendance. Moins coûteux, ces remplaçants deviennent de réels titulaires. La qualité de l’enseignement est remis en cause.



L'Éducation nationale gère mal ses effectifs
À la rentrée 2009, on comptait 48 000 titulaires, contre 50 000 un an plus tôt. Pourtant, alors que le gouvernement réduit massivement les effectifs, la question des remplacements devient problématique. Il n'y a plus assez de professeurs titulaires remplaçants.

Cette situation est préoccupante. Selon le rapport du sénateur UMP, Jean-Claude Carle, un élève perd, en moyenne, une année d'enseignement durant sa scolarité (de la maternelle à la terminale) du fait de l'absence cumulée de ses professeurs.

Généralisation des vacataires

En 2009, le coût des remplacements s'est élevé à 2,9 milliards d'euros. L'an prochain, il devrait se stabiliser autour de 2,7 milliards. Mais pour le gouvernement, ces dépenses ne sont rien par rapport aux dépenses qu'il aurait dû faire s'il avait employé des titulaires pour les effectuer.

En effet, dans de nombreux cas, l'Éducation nationale n'hésite pas à recourir massivement aux vacataires. Ces employés sont diplômés au minimum, d'une Licence et n'ont reçu aucune formation pour enseigner. Quant à leur statut, il est des plus précaires. Contrairement aux titulaires, les vacataires n'ont pas le droit aux vacances payées. Et s'ils sont malades, les heures où ils ont été absents ne sont pas payées. Pour le gouvernement, les vacataires sont synonymes de flexibilité à bas coût.

L'épidémie de grippe A pourrait bien développer le phénomène. L'Éducation nationale ne peut pas faire face à l'augmentation des absences. Elle est donc contraint de faire appel à de nombreux vacataires. Espérons que cette situation ne se banalise pas. Car, cette flexibilité entraîne une baisse de la qualité de l’Enseignement français.


Tags : Education, Etat

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L'arme monétaire au cœur de la guerre commerciale Depuis le 23 mars dernier, la Chine et les États-Unis se livrent… https://t.co/HLdSooueqe
Vendredi 12 Octobre - 11:00
8 % des dirigeants pensent que leur entreprise n'est pas prête à faire face à la révolution IA Intelligence artific… https://t.co/2G9b7GqR1N
Vendredi 12 Octobre - 10:54
Guide des salaires 2019 : une légère hausse attendue Chaque année, le guide des salaires de Robert Half e… https://t.co/IfhkChPZZC
Vendredi 12 Octobre - 10:40
Marques : quels sont les nouveaux leaders d'opinion ? Ultramedia , agence conseil en communication éditoriale et di… https://t.co/JJsoNhl2i9
Vendredi 12 Octobre - 10:35





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com