Kerviel a-t-il servi de leçon ?

26 Mai 2014
Eric Delannoy
Notez

Oui car symbole d’une finance qui s’est crue toute puissante, il a été le déclencheur d’un vaste mouvement de restructurations et de régulations.



Nouveau pourfendeur d’une finance « no limit » dont il a pourtant été un des acteurs,  Jérôme Kerviel, de retour en France vient d’être incarcéré à la prison de Nice. Avec son nouveau positionnement, il suscite pourtant l’intérêt de la classe politique dans un contexte d’élections européennes où la finance est plus que jamais au cœur des débats.

L’affect négatif que le populisme entretient vis-à-vis des banques

Kerviel a-t-il servi de leçon ?
Il est symptomatique que lorsque l’on parle de Kerviel, personne ne connaisse exactement les chefs d’accusation pour lesquels il a été condamné. Tout le monde ne parle que du rapport entre lui et la banque et de l’amende surréaliste qu’il a subie, (par la suite remise en cause par la Cour de Cassation). Pourtant, Jérôme Kerviel a été condamné pour escroquerie : faux et usage de faux et abus de confiance par trois instances.

M. Kerviel cristallise tout l’affect négatif que le populisme entretient vis-à-vis des banques, pour autant, a-t-il servi de leçon ? On peut l’affirmer : il est le symbole d’une finance qui s’est crue toute puissante et que la crise puis les régulateurs ont progressivement ramenée à la raison.

De nombreux changements

La Société Générale a tiré les leçons en termes de management et d’organisation en limogeant toute une ligne hiérarchique et dépensant des millions d’euros pour revoir toutes leurs procédures de contrôle et de gestion des risques.
Quant à la profession bancaire, elle a su en tirer les conséquences en revoyant également les procédures de contrôle des risques et les modalités de motivation des traders, au dépend même d’une certaine cohérence au niveau international
 
La vague de régulation qui a suivi la crise a mis fin aux appétits sans limite d’une finance débridée. Au niveau européen cela s’est traduit par un coup de balancier sur-régulateur, pourtant, aujourd’hui comment appréhender le risque croissant de transfert de l’activité vers le shadow banking ? Comment trouver le bon équilibre entre stabilité du système financier et soutien à l’activité économique ?

À propos de l’auteur : Éric Delannoy est vice-président de Weave, cabinet de conseil en stratégie opérationnelle.



Eric Delannoy

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com