Islande : la reprise se fait attendre

11 Octobre 2010
Notez



Islande : la reprise se fait attendre
Depuis le vendredi 1er octobre, date à laquelle arrivait à terme la suspension provisoire des remboursements des prêts immobiliers, l’Islande est en ébullition. En effet, des milliers d’Islandais risquent de se trouver à la rue étant en incapacité de rembourser leur emprunt. Le lundi 4 octobre, 8 000 personnes se sont amassées devant (parlement), soit l’équivalent de plus de 1 million pour la France. Le bâtiment et les hommes politiques se sont fait copieusement arroser d’œufs, de peinture, et de cailloux. Pour la population, le gouvernement a cédé trop facilement aux revendications du FMI.

De son côté, le FMI reste confiant. Selon l’organisation internationale, le taux de croissance islandais devrait atteindre 3 % en 2011. "Une reprise durable devrait se produire au second semestre 2010 (...) La reprise devrait s'accélérer en 2011, avec une croissance atteignant 3%, tirée par des investissements prévus dans des secteurs fortement consommateurs d'énergie."

Article publié pour la première fois le 09/10/2008

On parle souvent des États-Unis et de ses milliards de dollars dépensés à tout va pour sauver son système bancaire. On parle moins de l’Islande. Pourtant, si les chiffres sont moins imposants, la situation est en tout aussi catastrophique. Les pouvoirs publics islandais ont sauvé depuis le début de la crise financière les trois plus grandes banques du système financier islandais.

Mercredi dernier, après Islandsbanki et Landsbanki Islands, c'était au tour de Kaupthing, la première banque islandaise, de se faire nationaliser. Du jamais vu. Pour cela, le Parlement islandais avait adopté, lundi, dans l’urgence, une loi donnant le droit au gouvernement de prendre le contrôle des banques.

L’économie islandaise est largement basée sur son système financier

Le problème est que l’économie islandaise est largement basée sur son système financier, qui représente huit à neuf fois son produit intérieur brut. Dans un tel contexte, c’est tout le système économique qui est désormais menacé. Le Premier ministre tente de rassurer Islandais et investisseurs en multipliant les interventions publiques.

Pour faire face à cette crise sans précédent, l'Islande recherche des soutiens à l'étranger. Le gouvernement est actuellement en négociation avec la Russie pour une aide financière d’un montant de 4 milliards d’euros. Mais pour l’instant c’est la panique qui domine. Jeudi dernier, l'opérateur boursier OMX a ordonné la suspension des échanges à la Bourse de Reykjavik jusqu'au 13 octobre. Reste à savoir comment vont réagir les marchés financiers lors de l’ouverture ? Toute l’Islande tremble.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Croissance, confiance, mais pas de complaisance Si la prudence est de mise concernant l’environnement de long terme… https://t.co/7c78jYZcFH
Jeudi 14 Décembre - 17:08
2018 : une nouvelle année de hausse en perspective sur les marchés actions Les prévisions de croissance pour 2018 e… https://t.co/DJ7vYtcKbe
Jeudi 14 Décembre - 17:08
L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com