États-Unis : une course effrénée dans le mur

15 Avril 2013
Notez



En avril 2011, Standard and Poor's abaissait la perspective sur la dette des États-Unis. L’agence d’évaluation financière s’inquiétait des déficits budgétaires très importants, du niveau d'endettement, et de l'absence d'une politique claire pour y remédier. Une nouvelle qui nous avait poussés à s’interroger : et si les États-Unis faisaient faillite ? Deux ans plus tard, les finances de la première puissance économique mondiale sont toujours désastreuses et la question continue d’être d’actualité.

Une dette de 100 % du PIB

États-Unis : une course effrénée dans le mur
Si l’État américain n’a toujours pas fait faillite le cas de villes ayant recours à une procédure de protection deviennent de plus en plus fréquent. Stockton, en Californie, est devenue, en avril, la plus grande ville américaine à se déclarer en faillite. La ville accumule une dette de près d’un milliard de dollars. Une situation économique qui illustre bien la mauvaise santé économique du pays.

Pour Jacques Attali ,"les Américains refusent de voir que, sur presque tous les points, leur situation est bien pire que celle des Européens." La dette publique des États-Unis atteint, en effet, aujourd'hui 16 000 milliards de dollars, soit 100 % du PIB. Les derniers calculs, effectués à partir des chiffres fournis par l'OMB, l'office du budget américain, montrent que le déficit public sera de 800 milliards en 2014 et, au mieux, de 590 milliards en 2018, si toutes les économies promises sont faites et si la croissance reste, ce qui est très peu probable, au-dessus de 4 % par an à partir de 2015. Sinon, le déficit public se promènera, chaque année, entre 800 et 1 000 milliards de dollars.




1.Posté par CHENARD le 21/04/2013 11:23

bonjour,
Et est-ce comme en France et ailleurs où se sont les intérêts de la dette qui plombent les comptes? car en France, si on continuait à se financer à taux zéro auprès de la banque de France comme avant la loi de 73 et Maastricht (article 107), la dette serait comme elle a toujours été et n'aurait jamais explosé. Merci aux USA (FED en 1913) et Nixon en 71 d'avoir imposer aux nations d’être à la merci des pouvoirs financiers en interdisant aux banques centrales de faire fonctionner les investissements e fonctionnement des Etats! à faire fonctionner la planche à billets comme ils le font impunément depuis des décennies, c'est bien leur population qui est le plus asservie aux diktat de la FED (banques privées) et pouvoirs financiers.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Croissance, confiance, mais pas de complaisance Si la prudence est de mise concernant l’environnement de long terme… https://t.co/7c78jYZcFH
Jeudi 14 Décembre - 17:08
2018 : une nouvelle année de hausse en perspective sur les marchés actions Les prévisions de croissance pour 2018 e… https://t.co/DJ7vYtcKbe
Jeudi 14 Décembre - 17:08
L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com