Tribune : gribouille, où est ta croissance ?

18 Juin 2013
Notez



Gribouille est un personnage de fiction simplet brocardé pour avoir voulu se protéger de la pluie en entrant dans l’eau. On peut en dire autant de la politique économique de nos dirigeants depuis les années 70. L’inflation approchait à cette époque les 14 %. Sous l’influence probable des banques qui voyaient les remboursements perdre de ce fait la valeur de l’argent prêté, nos dirigeants de gauche comme de droite ont voulu la diminuer. Il fallait diminuer l’activité du pays, qui en était la cause.

Augmentation du chômage

Tribune : gribouille, où est ta croissance ?
Ils ont convaincu les patrons de ne pas céder aux revendications salariales, malgré les grèves. Ils ont incité les banques à augmenter le niveau des taux d’intérêt. Ils se sont arrangés pour diminuer les prestations et allocations sociales. Ils ont réussi à ce jour, mais en diminuant le pouvoir d’achat ils ont augmenté la pauvreté et la précarité d’une partie de la classe ouvrière impuissante parce que en grande partie issue de l’immigration.

En effet, diminuer l’activité a forcément des répercutions sur les entreprises qui depuis n’ont pas arrêté de débaucher et ensuite de délocaliser dans des pays où la demande est haussière. Si tout ceci est généralement connu, on ne sait pas toujours qu’une tendance à la baisse d’activité, à la récession, ne peut pas s’arrêter dans la mesure où les même causes produisant les mêmes effets, on entre dans un cercle vicieux qui nous mène à la déflation.

Relancer le pouvoir d'achat

Ce qui est symétriquement l’opposé de l’inflation. Avec en perspective une augmentation continue du chômage et de la paupérisation, avec comme seul recours, limité, la charité et la mendicité. Les dernières mesures prises par le Gribouille actuel consistent à vouloir diminuer le déficit de la retraite. Or ces déficits ont justement pour origine la baisse d’activité. Pour relancer la croissance, il faut donc dépenser plus, particuliers, Etat et même entreprises.

Ce qui revient à investir. Pas de chance l’ambiance, à voir les résultats désastreux des politiques de ces trente dernières années, n’y est pas. Pas de confiance dans l’avenir, pas d’investissements. Que faire ? Comme je l’ai écrit dans mon livre, il faut relancer le pouvoir d’achat. L’Etat le peut en augmentant le SMIC de façon significative, en augmentant ses propres salariés, et en augmentant …les retraites et autres allocations. Sans se préoccuper des déficits et autres dettes qu’il pourrait effacer, s’il le voulait, ou du moins diminuer si l’activité reprenait. Et les banques ? Il faudra choisir entre la déflation qui leur livre un pays comme la Grèce, et leur contrôle, avec éventuelle nationalisation. Entre une politique « normale » et une politique de Gribouille criminogène, le choix est évident. S’il est encore temps.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Le Français @DeezerFR nourrit de grandes ambitions. Suffisant pour concurrencer @spotifyfrance ? Décryptage dans @MagDeci…
Mardi 25 Septembre - 15:50
RT @vincent_paes: Le #Budget2019 est-il favorable au #PouvoirdAchat ? Oui. Pas sûr néanmoins que cela suffise à relancer la consommation. h…
Mardi 25 Septembre - 15:46
Des salariés de plus en plus volatils 1 salarié sur 2 prêt à quitter un poste au cours du premier mois Alors que le… https://t.co/3YLqGhguJa
Vendredi 21 Septembre - 12:14
Comment améliorer la satisfaction client ? À une époque où tous les services sont notés… https://t.co/IGeJKHkjdl
Samedi 15 Septembre - 09:01





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com