Quand la politique masque l’embellie économique

14 Mars 2017
Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas
Notez



Le choc du Brexit le 23 juin 2016 a été le point de départ d’une vague populiste qui remet en question tous les scénarios préétablis. L’élection de M. Trump en novembre 2016 à la présidence de la première économie du monde participe au même mouvement. Nous sommes entrés dans l’ère du «tout est possible». Une vague d’élections en Europe dans les mois qui viennent fait désormais craindre de nouvelles surprises qui pourraient jusqu’à menacer l’existence de la zone euro.

"Une idée fausse mais claire et précise aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie mais complexe"

Pourquoi une telle tendance alors que, statistique après statistique, nous avons la confirmation de la bonne santé de l’économie mondiale ? M. Trump a été élu alors que les Etats-Unis connaissaient un quasi plein emploi et l’Europe se redresse franchement. Il semble que nous vivons, avec un décalage de plusieurs années, les conséquences de la crise de 2008. Les choses allant mieux, les esprits se libèrent, les audaces prospèrent et l’incertitude grimpe. « Une idée fausse mais claire et précise aura toujours plus de puissance dans le monde qu’une idée vraie mais complexe » écrivait Tocqueville. Jamais cette phrase n’aura été aussi vraie qu’aujourd’hui. Le rejet des élites autoproclamées et les crises migratoires ne font qu’accélérer le phénomène.

De telles évolutions politiques peuvent-elles remettre en cause la croissance et la reprise actuellement constatée ? Aux Etats-Unis nous ne le pensons pas. M. Trump est pro business et son programme comporte des mesures en faveur de la croissance via la hausse des dépenses d’infrastructures et la baisse massive des impôts. En revanche, ses éventuelles décisions protectionnistes devront être étudiées attentivement car elles pèseront sur le commerce mondial et se traduiront très probablement par des mesures de rétorsion des grands pays compétiteurs. N’oublions pas que l’Amérique est une grande démocratie où les contre-pouvoirs nombreux et efficaces préviennent toute dérive autoritaire. Les élections mid term au congrès dans moins de deux ans pourront par ailleurs rebattre les cartes. La croissance est bien établie et c’est plutôt l’inflation américaine dans les prochains mois que nous surveillerons, ainsi que la politique monétaire de la FED.

L’amélioration des fondamentaux

En Europe la situation est un peu plus confuse avec un Brexit qui n’a pas commencé et des élections qui n’ont pas encore eu lieu et qui laissent la place à beaucoup de fantasmes. L’embellie européenne, que l’on attendait depuis des années, et les résultats positifs des entreprises de la zone, sont occultés par les craintes politiques. En France, l’élection de Mme Le Pen est aujourd’hui très improbable, mais pas impossible. Si elle l’emportait, elle devra ensuite trouver une majorité et sans doute faire des compromis. L’exercice du pouvoir est une autre chose que des décennies d’opposition ! On est aujourd’hui très loin d’un scénario de sortie de la zone euro. Pourtant, l’écartement du spread obligataire entre la France et l’Allemagne souligne l’inquiétude croissante des salles de marchés internationales. Comment se protéger contre un tel choc électoral français ? Probablement en augmentant les positions en dollars ou en francs suisses, en ne détenant pas d’obligations d’Etats en euros, et ne gardant que des grandes sociétés internationales peu dépendantes de la situation française.

Notre optimisme est factuel et lié à l’amélioration des fondamentaux. Nous sommes investis sur l’ensemble des zones profitant de la croissance (USA, Europe, Asie) mais restons surpondérés sur l’Europe qui est en début de cycle et où le prix des actions est attractif. Toutefois, nous resterons vigilants dans les deux prochains mois et adapterons notre gestion aux évolutions électorales. Un choc de marché lié à la politique est souvent éphémère et devient une occasion d’achat. La période qui s’ouvre est passionnante !

A propos des auteurs : Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas sont gérants associés chez Amplegest.


Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com