Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

Prenez votre épargne en main le plus tôt possible

6 Décembre 2022
Philippe de Gouville
Notez

Un patrimoine financier se construit tout au long de la vie active. N’attendez pas d’avoir dépassé l’âge mûr pour mettre de l’argent de côté. Quelques conseils pour vous aider à poser les bases de votre stratégie patrimoniale, dès vos 18 ans et votre entrée dans la vie active.



Financer un achat immobilier futur, un projet qui vous tient à cœur ou plus simplement se constituer une épargne de précaution pour faire face aux aléas de la vie : les bonnes raisons de mettre de l’argent de côté le plus tôt possible ne manquent pas. Epargner chaque mois quelques dizaines d’euros, à 20 ans, demande toutefois une réelle discipline. Difficile de mettre de l’argent de côté quand on débute sa vie professionnelle et que les rentrées d’argent sont relativement limitées. C’est pourtant un réflexe à avoir dès que possible et une habitude qui s’avèrera très « payante » à long terme.

Un taux d'épargne de 15 %

Prenez votre épargne en main le plus tôt possible
Les Français épargnent en moyenne 15% de leur revenu disponible. Un chiffre plutôt élevé par rapport à nos voisins. La crise sanitaire a conforté cette tendance et même poussé le taux d’épargne au-delà de 20 % des revenus en 2021, selon l’Insee. Le ralentissement économique actuel alimente l’épargne de précaution. Et vous ? Plutôt cigale ou fourmi ? Bien entendu, l’effort d’épargne dépend du niveau de revenu de chacun et des charges impondérables de la vie courante.
 
En matière d’épargne, les bons réflexes doivent s’acquérir dès la fin de vos études. En effet, plus vous tarderez à épargner, plus il vous sera difficile de changer vos habitudes. Dans ce contexte, privilégiez dès que possible l’épargne régulière de façon à lisser l’effort réalisé et rendre ce dernier indolore. Choisissez par exemple d’investir la même somme toutes les semaines ou tous les mois. Choisissez un montant qui ne vous demandera pas de vous serrer excessivement la ceinture dans votre vie quotidienne, et qui vous permettra de maintenir votre rythme et de l’augmenter si vos revenus augmentent dans le temps.

L’effet « boule de neige » des intérêts réinvestis

Alors, une fois la décision d’épargner prise, où investir ? Il existe une variété importante de produits disponibles auprès de votre établissement financier : livrets réglementés (Livret A, Livret de développement solidaire et solidaire LDDS), assurance-vie, PEA, compte titre, fonds, etc. En fonction de la solution choisie, vous pourrez déterminer votre degré d’aversion au risque. Si vous commencez à épargner jeune, vous serez davantage en capacité de prendre des risques en investissant une part de vos économies sur les marchés financiers (actions, obligations etc.).
 
Certes, investir sur les marchés financiers vous expose au risque de perte en capital, contrairement aux livrets réglementés par exemple. Mais la prise de risque en vaut la peine. En réinvestissant vos intérêts, un investissement qui vous rapporte 7% par an, par exemple, aura doublé (par rapport à la somme investie) au bout de 20 ans. C’est ce qu’on appelle « l’effet boule de neige » ! Plus vous investirez en actions et obligations, plus vous recevrez des dividendes et des intérêts qui se seront à leur tour réinvestis et année après année, « vos petits feront des petits ».
 
A 20 ans, vos revenus sont en général inexistants ou faibles. L’objectif de votre effort d’épargne doit être de vous protéger des aléas de la vie ou de financer des biens de consommation (une machine à laver, un déménagement, un nouvel ordinateur). On parle alors d’épargne de précaution. Assurez-vous de disposer en permanence d’un minimum d’épargne totalement liquide, c’est-à-dire accessible à tout moment, et sans risque. L’ouverture d’un livret d’épargne de type Livret A et/ou d’un LDDS est à privilégier. Ces placements avec un faible niveau de rémunération à 2%, sécurisent votre argent tout en vous permettant d’effectuer des retraits dès que vous en avez besoin. Mais attention, ces livrets sont plafonnés (22.950 euros pour le Livret A, 12.000 euros pour le LDDS) et il n’est possible d’en ouvrir qu’un seul à votre nom.

Investir en Bourse l’argent dont on n’a pas besoin à court terme

Il n’y a pas d’âge pour débuter ses investissements en Bourse. Plusieurs solutions d’épargne en ligne existent sur le marché, permettant d’appréhender les marchés financiers. Investir en direct dans des fonds permet ainsi d’accéder à un grand choix d’actions et de diversifier au mieux ses investissements.
 
D’autres solutions d’épargne sont disponibles comme les contrats d’assurance-vie. Cependant ces derniers doivent être détenus au minimum huit ans pour disposer des avantages fiscaux. Pour les investisseurs prudents, le fonds euros peut être une solution, offrant une garantie du capital. Pour un placement plus offensif, vous vous positionnerez sur des unités de compte (actions, parts de fonds etc.).
 
Vous pouvez également ouvrir un Plan d’épargne en actions (PEA) qui offre un avantage fiscal sur les gains après cinq ans de détention. Les marchés financiers alternant phases de hausse et de baisse, n’investissez que les sommes dont vous n’avez pas besoin à court terme. Dans tous les cas, diversifiez vos placements, ne mettez pas tous vos « œufs » dans le même panier.
 
A 30 ans, votre carrière professionnelle est maintenant bien engagée et vous disposez normalement de ressources plus importantes. C’est aussi à cet âge que certains projets de vie prennent forme : arrivée des enfants dans votre foyer, achat de la résidence principale etc. Pourtant, c’est à cette période que vous devez augmenter votre capacité d’épargne et commencer à penser à votre retraite. Vous disposez alors d’un horizon de plus de 30 ans devant vous.
 
A ce titre, l’achat de sa résidence principale demeure un élément incontournable dans la construction de son patrimoine. Mais ne négligez pas pour autant l’épargne financière. A cet âge, vous pouvez également augmenter les montants que vous investissez chaque semaine ou chaque mois sur les marchés financiers. Vous pouvez aussi souscrire un Plan d’épargne retraite (PER) même si l’échéance reste encore bien lointaine !
 
Plus vous commencerez à épargner jeune sur des placements financiers en plaçant chaque mois une centaine d’euros, moins l’effort d’épargne mensuel sera important pour maintenir votre niveau de vie lors de votre départ en retraite.

 
A propos de l'auteur : Philippe de Gouville est CEO et cofondateur d’ISMO.



Tags : Epargner
Philippe de Gouville

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon






Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com


Mentions légales :

Éditeur : Économie et société - SIREN : 804 336 667 - Siège social : 55 avenue Gambetta 78400 CHATOU - Tél. : 01 75 26 57 97 - Directeur de la publication : Vincent Paes
Hébergeur : SAS OVH - 2 rue Kellermann BP 80157 59100 Roubaix - Tél. : 09 72 10 10 07
Date de création : 3 septembre 2017 - Tous droits réservés (2007-2022)