Les robo-advisor révolutionnent la gestion de patrimoine

16 Octobre 2015
Jean-Marc Bourmault
Notez

Certains cherchent à capter une clientèle directe, mais les conseillers patrimoniaux peuvent voir leur intérêt dans le recours à ces solutions de gestion de portefeuilles automatisée.



Il y a quelques semaines, la plus grande société de gestion d'actifs mondiale annonçait l'acquisition d'un « robo-advisor ». Aux Etats-Unis, plusieurs de ces concepteurs de solutions de gestion de portefeuilles automatisée, qui prennent en compte le profil de l'investisseur pour préconiser une allocation d'actifs optimale, gèrent des milliards de dollars. Faut-il s'en inquiéter ? Sont-ils capables de devenir de sérieux concurrents des conseillers financiers ? Les avis sont partagés et leur positionnement sur le marché du conseil aux investisseurs particuliers a plusieurs facettes.

Les conseillers financiers circonspects, voire inquiets

Interrogés sur l'émergence de ce phénomène, dans le cadre de l'enquête annuelle Patrimonia-Morningstar, les conseillers financiers français sont pour beaucoup très dubitatifs. A la question de savoir « comment (ils) voient l'arrivée des robo-advisors pour la profession », plus de 40 % d'entre eux sont neutres ou sans opinion. Optimistes, près d'un quart d'entre eux anticipent un impact « positif ou très positif », espérant en particulier un accès à de nouveaux clients potentiels. Mais les pessimistes sont plus nombreux, puisqu'un tiers envisage un « impact négatif ou très négatif », craignant surtout une concurrence sur certains segments de clientèle.

Les robo-advisors s'adressent en premier lieu à des clients à la recherche d'autonomie dans le pilotage de leur épargne. Adeptes des sites de courtage en ligne, beaucoup échappent déjà aux conseillers. Mais l'enjeu est de ne pas voir cette frange de la clientèle prendre trop d'importance. Les inquiétudes d'un tiers des professionnels sont fondées. Certains clients peuvent apprécier la rigueur de modèles de construction de portefeuille fondés sur des algorithmes. Apprécier aussi la mise à jour régulière de l'allocation d'actifs optimale au regard de l'évolution de la conjoncture.

Une mise à la disposition des conseillers

Cependant, si ces nouveaux acteurs du marché de l'épargne sont susceptibles de capter directement une partie des clients, ils peuvent aussi être considérés comme des partenaires potentiels des conseillers en gestion de patrimoine. C'est même tout à fait le sens de l'initiative prise par BlackRock en faisant l'acquisition d'un robo-advisors à la fin du mois d'août. Le gérant d'actifs a en effet annoncé ne pas vouloir cibler directement les épargnants, mais vouloir mettre à l'avenir à disposition de ses partenaires distributeurs ce nouvel outil, afin en particulier de leur permettre d'accéder à une clientèle plus jeune.

Toujours aux Etats-Unis, Fidelity a pour sa part décidé à la fin de l'année dernière, de donner accès à un outil d'allocation d'actifs automatisée à plusieurs milliers de conseillers financiers. La personnalisation du conseil, l'appréhension d'un contexte familial spécifique, et même la compréhension de l'appétence au risque, resteront bien l'apanage des conseillers financiers. Mais entre l'évolution des pratiques des clients – de plus en plus familiers des outils digitaux – et celles des contraintes réglementaires – nécessitant de prouver la bonne prise en compte du profil de l'investisseur et d'offrir un bon suivi de sa situation – nul doute que ces robo-advisors pourront trouver leur place dans la boite à outils des conseillers.

A propos de l'auteur : Jean-Marc Bourmault est directeur des partenariats chez Patrimonia.


Jean-Marc Bourmault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com