Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

Les logements français, moins bien isolés que leurs voisins européens

27 Février 2020
Rémi Lepage
Notez


C’est ce que révèle une étude menée par tado°, le leader de la gestion intelligente du chauffage et de la climatisation. En effet, une habitation hexagonale baisse plus vite en température, jusqu’à 2,5 fois en comparaison avec les pays nordiques.



L'étude menée par tado° entre décembre 2019 et janvier 2020 auprès de 80 000 foyers a montré qu’un logement français chauffé à 20 degrés, alors que la température extérieure est de 0 degré, perd en moyenne 2,4 degrés en cinq heures.  Cette perte de chaleur est plus marquée dans le nord du pays avec 2,5 degrés alors que les habitations de la moitié sud du perdent 2,3 degrés en moyenne. L’isolation est donc paradoxalement meilleure dans les zones plus chaudes ! Par rapport à certains voisins d'Europe, les habitations françaises perdent leur chaleur jusqu'à 2,5 fois plus rapidement. Ce n'est pas la première fois que la France est mal classée en matière d'environnement. Ceux des pays nordiques, comme la Norvège par exemple, font preuve d’une excellente résistance thermique avec seulement 0,9 degrés de perte en moyenne. Nos voisins allemands profitent eux aussi d’une isolation de qualité, enregistrant une perte de seulement 1 degré après cinq heures.

7 millions de logements mal isolés

Plus localement, les deux villes les plus couramment cités dans les études nationales, que sont Paris et Bordeaux, présentent un résultat intéressant car la différence est significative. Ainsi, les logements parisiens perdent en moyenne 1,7 degré, conservant bien mieux la chaleur que ceux de Bordeaux qui perdant 2,3 degrés. Pour ces deux métropoles, la hiérarchie nord / sud est donc inversée. Cela s’explique peut-être par la politique de rénovation des logements qui a démarré bien plus tôt à Paris alors que les grands plans de rénovation thermiques en Nouvelle Aquitaine² sont apparus plus récemment.
 
Selon l’INSEE, la France compte 36,6 millions de logements en 2019, dont 7 millions sont considérés comme mal isolés. En Europe, il y a des différences notoires dans les programmes gouvernementaux visant à soutenir financièrement la rénovation, l'amélioration de l'isolation des maisons et l'efficacité énergétique des habitations. Ceci explique cela !
 
 


Améliorer l’efficacité énergétique du logement

L'isolation des maisons et l'efficacité énergétique sont des sujets clés non seulement pour les propriétaires et les locataires, mais aussi pour le gouvernement s'il veut atteindre ses objectifs ambitieux de réduction du CO2. Les bâtiments (logements et tertiaire) dépensent plus de 45 % de l'énergie en France, dont les deux tiers servent au chauffage4. Ils rejettent aussi 20 à 25 % des gaz à effet de serre (GES)5. Ces émissions doivent être réduites de manière significative d'ici 2030 afin d'aider la France à atteindre ses objectifs climatiques juridiquement contraignants.

Le mieux est évidemment de prendre le mal à la racine et de construire différemment. Ainsi, la norme de construction RT 2020 vise à construire des maisons et des logements à énergie positive qui produisent donc plus qu’ils ne consomment. Comment est-ce possible ? Tout d’abord, leur isolation est telle que les pertes de chaleur sont minimes et ils misent sur des chauffages très efficaces. Le peu d’énergie consommée est compensée par la production d‘énergie renouvelable, par exemple avec des panneaux solaires sur le toit.
 
Au niveau individuel, il existe aussi de nombreuses solutions pour améliorer l’efficacité des logements sur le plan énergétique. Des mesures simples, telles que l'isolation des toitures et des murs, l'installation de fenêtres récentes et d'une chaudière à haut rendement énergétique sont de bonnes initiatives mais diversement encouragés par les états.
 
Enfin dernier brique et non des moindres, le contrôle du chauffage et de la climatisation devient intelligent par des thermostats connectés comme en propose tado°. Ainsi sans intervention de l’usager, le logement n’est chauffé que quand il est occupé, les pièces sont maintenues individuellement à des températures qui correspondent à leur utilisation et même les contions météorologiques sont prises en compte pour optimiser le chauffage ou la climatisation.
 
 

Se servir des nouvelles technologies

Jusqu'à présent, beaucoup d’économies énergétiques potentielles ont été gaspillées, en particulier dans le secteur du bâtiment. Les algorithmes intelligents ouvrent ici des possibilités totalement nouvelles avec l'utilisation des ressources adaptée individuellement aux besoins des habitants. « En outre, les systèmes numériques tels que les thermostats intelligents donnent aux usagers plus d’informations sur leur consommation d'énergie », explique Christian Deilmann, co-fondateur et CPO de tado °.
 
« Le chauffage et l'eau chaude représentent 79 % de l'énergie consommée par les ménages dans l'Union Européenne. Ce chiffre montre qu'il existe un énorme potentiel d'économies à réaliser. Remplacer un système de chauffage au fioul obsolète par une chaudière à gaz, plus moderne et à condensation, peut permettre à un propriétaire d’une maison d'économiser jusqu'à 20 % d'énergie. L'amélioration de l'isolation d'un bâtiment et la modernisation des fenêtres peuvent également être des investissements utiles qui réduisent la consommation d'énergie et augmentent le confort à la maison. Une autre mesure raisonnable consiste à installer des thermostats intelligents, car ils peuvent contribuer à économiser l'énergie en l'utilisant plus efficacement. De telles mesures permettent non seulement de réduire les coûts de chauffage, mais contribuent également à la protection du climat », déclare Jan Meyer, responsable des solutions de chauffage chez E.ON Allemagne.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com