Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

Les entreprises françaises accélèrent sur le reporting ESG

15 Novembre 2022
Rémi Lepage
Notez



  Alors que la réglementation sur le reporting ESG a été renforcée de façon significative au cours des deux dernières années, la 12ème édition de l’étude Survey of Sustainability Reporting de KPMG (menée auprès d’un panel de 5 800 entreprises en France et dans le monde) souligne un important effort des entreprises françaises en la matière, bien qu’il reste une marge de progression s d’ESG au sein des instances dirigeantes. 

Une méthodologie qui s’affine 

Bien qu'il soit encore nécessaire de renforcer la cohérence internationale du reporting en matière de développement durable et d’ESG, l'étude de KPMG souligne une utilisation des normes de standardisation qui a augmenté au cours des deux dernières années. Ainsi, 63% des entreprises françaises analysées dans le cadre de l’étude intègrent aujourd’hui les recommandations du TCFD (Task Force for Climate Financial Disclosure) à leur reporting extra-financier (contre 61% à l’échelle mondiale) et 85% les normes de l’ONU en matière de développement durable (contre 74%). 

Par ailleurs, les entreprises françaises étudiées semblent attacher de plus en plus d’importance à la fiabilité de leur reporting, qu’elles n’hésitent pas à faire certifier par des tiers indépendants. Ainsi, 89% d’entre elles ont recours à des services de certification de l’information, soit la plus large proportion à l’échelle mondiale (63%), ce qui illustre une anticipation de la réglementation en faveur de cette pratique. 

Ces données témoignent globalement d’un renforcement et d’une formalisation de la méthodologie de reporting des entreprises, qui sont cependant nuancés par une approche qui peine encore à prendre en compte l’ensemble des dimensions de l’ESG.


Une approche encore trop réductrice 

Si la France marque paradoxalement le pas en matière de reporting extra-financier avec une baisse de 2% des entreprises impliquées sur le sujet par rapport à 2020 (95% vs. 97% il y a deux ans), le nombre de sociétés produisant des rapports reste à un niveau très élevé à l’échelle mondiale (96%). Pour autant, les différents aspects abordés dans le reporting ne sont pas encore suffisamment larges et précis. À titre d’exemple, 77% des entreprises françaises communiquent aujourd’hui sur les risques de gouvernance, qui recoupent les risques de corruption, de fraudes ou encore de distorsions de concurrence, alors que cette proportion est beaucoup plus faible à l’échelle internationale (44%). De la même manière, l’analyse des pertes en matière de biodiversité reste peu fréquente à travers le monde (46%), bien qu’il s’agisse aujourd’hui d’une dimension critique de la transition environnementale à opérer. 

 

Ce phénomène s’explique par une prise en compte inégale des enjeux ESG et éthiques au plus haut niveau de l’entreprise. S’il s’avère que les dirigeants sont sensibilisés, comme en atteste l’étude CEO Outlook 2022 de KPMG qui montre un fort niveau d’attention sur ces thématiques, les actes ne suivent pas toujours. En effet, 75% des entreprises françaises sondées ont un Responsable dédié aux questions ESG évoluant au sein des instances dirigeantes de leur entreprise, mais c’est le cas de moins de la moitié des entreprises sondées à l’échelle internationale (45%) qui laissent majoritairement ces thématiques en marge de leur gouvernance. 

 
« Alors que se tient actuellement la COP27nous observons un important volontarisme des entreprises en matière de reporting extra-financier en France et dans le monde, qui s’explique par une prise de conscience des risques environnementaux qui pèsent sur la croissance. À titre d’exemple, 64% des entreprises du panel considèrent aujourd’hui que le changement climatique peut constituer une réelle menace pour leur activité. Néanmoins, les efforts aujourd’hui effectués pour rendre compte des engagements pris ne sont pas encore suffisants pour embrasser l’ensemble des enjeux. Et ce, alors que les différentes parties prenantes appellent aujourd’hui à une approche holistique pour susciter une réelle confiance dans la démarche des entreprises » commente Fanny Houlliot, Associée, Co-Responsable du Centre d’Excellence ESG chez KPMG France.



Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon






Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com


Mentions légales :

Éditeur : Économie et société - SIREN : 804 336 667 - Siège social : 55 avenue Gambetta 78400 CHATOU - Tél. : 01 75 26 57 97 - Directeur de la publication : Vincent Paes
Hébergeur : SAS OVH - 2 rue Kellermann BP 80157 59100 Roubaix - Tél. : 09 72 10 10 07
Date de création : 3 septembre 2017 - Tous droits réservés (2007-2022)