Le low cost : plus qu’une solution anti-crise

18 Mai 2010
Notez



Le low cost : plus qu’une solution anti-crise
Le concept de low cost a vu le jour aux Etats-Unis en 1971 avec le lancement de Southwest, une compagnie aérienne. Près de 40 ans plus tard, ce modèle économique s’est répandu à l’ensemble des secteurs d’activité. Ce concept a pour principe de limiter les coûts inhérents à un produit ou service. Cela conduit alors les entreprises à se passer du superflu et à réduire les intermédiaires.

Et la qualité dans tout ça ?

Au risque de fournir un produit ou un service de mauvaise qualité. Service après vente faible ou inexistant, produits défectueux, consommateurs mécontents… Le low cost n’a pas la cote dans la presse. Pourtant, malgré cette mauvaise image, l’activité low cost aura doublé d’ici cinq ans.

Les consommateurs répondent présent à cette nouvelle façon de consommer. Un retour au basique en quelques sortes. Pourquoi payer cher pour des prestations qui ne sont pas nécessaires ? Avec la crise, le minimal est de nouveau à la mode.

Internet a facilité le développement du low cost

Mais cet essor n’est pas seulement dû à la situation économique. Il y a aussi des raisons structurelles. C’est le développement d’Internet qui a permis le décollage de l’activité low cost : accès à des millions de clients potentiels et coûts réduits. EasyJet a connu un grand succès en vendant ses billets par Internet : billet électronique, dématérialisation des structures d’accueil et plus de visibilité.

Le succès du low cost s’explique également par une modification de notre façon de consommer. Désormais, plus de place pour le moyen de gamme. Les gens veulent consommer malin. Ils sont prêts à dépenser beaucoup mais pour une prestation de qualité. Pour le reste, ils veulent faire des affaires. Cette contradiction (vouloir du luxe et du low cost) oblige les marques à se positionner sur deux segments opposés.

Pour réaliser ce grand écart sans perdre pied, elles n’hésitent pas à créer des filiales qui se positionneront sur le segment low cost. Par exemple, Décathlon a lancé un magasin Toboggan, le fleuriste Monceau Fleur a ouvert une filiale Happy et Renault a acheté la société Dacia en 1999.




1.Posté par Vincent Paes le 08/07/2010 16:32

En voici encore la preuve. La SNCF annonce se lancer dans le low cost :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/07/08/le-low-cost-au-c-ur-de-la-strategie-de-la-sncf_1384981_3234.html#mf_sid=197421937

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com