Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité
Economie et société

ECONOMIE ET SOCIETE

La valeur des fusions-acquisitions explose au deuxième semestre 2020

30 Mars 2021
Rémi Lepage
Notez

Malgré les effets du COVID-19 sur l’économie. Explications.



La valeur des fusions-acquisitions est en plein essor, et le marché international est stimulé par cette valorisation élevée ainsi que par une intense concurrence pour les actifs technologiques, selon la dernière étude Global M&A Industry Trends du cabinet de conseil et d’audit PwC réalisée sur les transactions dans le monde entier sur les six derniers mois de 2020. L’étude identifie les grandes tendances du marché des fusions-acquisitions, notamment par le biais d’analyses sectorielles (biens de consommation, Energy & utilities, industries de la santé, manufacturière et automobile, médias, tech & télécommunications) et les investissements porteurs pour 2021 Malgré l’incertitude provoquée par la crise sanitaire, l’activité de fusion-acquisition a connu un rebond dans la deuxième moitié de l’année 2020.

« La pandémie de COVID-19 a donné aux entreprises un aperçu de ce que leur réservait l’avenir, avec de vrais challenges à relever. Elles ont donc fait de l’accélération du passage au numérique, de la décarbonisation, de la transformation ou du recentrage de leurs activités leurs priorités absolues, et voient dans les fusion-acquisitions le moyen le plus efficace de parvenir à leurs fins, d’où une concurrence élevée pour décrocher les meilleurs deals », explique Olivier Marion, responsable des activités Transactions chez PwC France et Maghreb.


Que retenir du deuxième semestre 2020 ?

La valeur des fusions-acquisitions explose au deuxième semestre 2020

L’activité de transactions à l’international a fait un bond par rapport aux six premiers mois de l’année 2020, avec une augmentation de 18% en volume et de 94% en valeur au total, deux chiffres également en hausse en glissement annuel. La progression en valeur des transactions sur la période s’explique en partie par une augmentation des mega deals (5 milliards de dollars et plus). Au total, 56 opérations de ce type ont été annoncées au deuxième semestre, contre 27 au premier semestre.
 

Les secteurs de la tech et des télécoms ont enregistré la croissance la plus forte en valeur comme en volume au cours du semestre : le premier affiche +34% en volume et +118% en valeur, et le second +15% en volume et près de 300% en valeur grâce à trois mega deals. Sur le plan géographique, entre le premier et le deuxième semestre 2020, les transactions ont augmenté en volume de 20% sur le continent américain et de 17% dans la zone EMEA comme en Asie-Pacifique. C’est outre-Atlantique que la croissance des transactions est la plus forte en valeur (supérieure à 200%), principalement grâce à plusieurs mega deals réalisés au cours de la période.


La crise sanitaire accélère la course aux actifs numériques et technologiques

Ces actifs très demandés ont atteint des valorisations élevées et engendré une concurrence importante, stimulée par des facteurs macroéconomiques tels que les faibles taux d’intérêt, la volonté d’acquérir des activités numériques ou technologiques innovantes, et l’abondance de capitaux disponibles pour les entreprises (plus de 7 600 milliards de dollars de trésorerie et de valeurs mobilières de placement) et les acteurs du capital-investissement (1 700 milliards de dollars).

En revanche, les actifs appartenant aux secteurs les plus durement touchés par la pandémie, comme l’industrie manufacturière, ou ceux influencés par des facteurs de transformation, comme l’objectif de neutralité carbone, provoquent des changements structurels. Si la viabilité de leur modèle économique se trouve menacée, les entreprises pourront opter en urgence pour la fusion-acquisition ou la restructuration afin de préserver leur valeur.


L'impact d’un marché boursier en ébullition sur les fusions-acquisitions

 

Ces six derniers mois ont été marqués par le recours fréquent aux SPAC (special purpose acquisition companies) pour regrouper les capitaux des investisseurs en vue de réaliser des acquisitions dans un marché des introductions en Bourse très dynamique. En 2020, les SPAC ont levé près de 70 milliards de dollars, représentant plus de la moitié des entrées en Bourse outre-Atlantique. Les sociétés de capital-investissement qui jugent utile cette source alternative de financement, ont joué un rôle décisif dans le récent boom des SPAC. L’activité de ces SPAC devrait s’intensifier en 2021, notamment pour des actifs comme les infrastructures de charge des véhicules électriques, le stockage d’électricité et les technologies de santé.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com