Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité
Economie et société

ECONOMIE ET SOCIETE

L'ENA souffre de son statut devenu inadapté

17 Octobre 2018
Michel Noiry
Notez

Les difficultés financières ne sont que la traduction comptable des contradictions auxquelles l'ENA est confrontée.



L'ENA défraie actuellement la chronique avec l'annonce d'une perte de 2,8 millions d'euros sur un budget de 40,8 millions d'euros (7%) et la perspective d'une cessation des paiements à brève échéance, l'école finançant les déficits qui s'accumulent depuis 2012 en ponctionnant sa trésorerie. Laquelle est, par ailleurs, mise à mal par des impayés. Certains états qui envoient leurs cadres en formation à l'ENA oubliant de régler la facture.

L'ENA n'emploie que deux professeurs

Tempête médiatique ? Effet d'annonce ? Il ne fait guère de doute que l'état français, après s'être fait tirer l'oreille, trouvera bien les millions qui font défaut pour éviter à la noble institution les affres du dépôt de bilan. Dans une période où plus rien n'est comme avant on peut cependant se poser la question de l'avenir de l'École Nationale d'Administration. Établissement public administratif, ayant peu évolué depuis 1945, l'ENA souffre aujourd'hui de son statut devenu inadapté pour affronter les défis du temps. Les difficultés financières n'étant que la traduction comptable des contradictions auxquelles l'ENA est confrontée. En plaçant l'établissement hors du champ de l'éducation, son statut lui interdit de disposer d'un corps professoral professionnel.

A titre d'exemple, dans un contexte de compétition internationale, où les grandes universités mondiales s'arrachent les stars académiques, l'ENA n'emploie que deux professeurs (éducation physique et français langue étrangère) et les enseignements sont assurés par une myriade de vacataires. Par ailleurs, le cursus n'est pas sanctionné par un diplôme. Les seuls diplômes que décerne l'ENA viennent ponctuer les formations courtes à destination des fonctionnaires étrangers et ceux-ci ne sont reconnus ni au plan national ni au plan international. SI l'ENA n'évolue pas, elle est condamnée à rester une spécificité, certes de très haut niveau, propre à l'administration française. Dans ce cadre, le citoyen lambda peut légitimement se demander si la subvention annuelle de 31,1 M€ accordée par l'état est justifiée (soit une moyenne de 133.000€ par élève en additionnant élèves français et étrangers).

A propos de l'auteur : Michel Noiry est CEO d'Origa Consulting.


Tags : ENA
Michel Noiry

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com