Guerre des changes : une menace pour l’Europe

5 Février 2013
Fabrice Cousté
Notez



La guerre des devises bat son plein. Animée par les principales banques centrales à l’échelle mondiale, l’émulation des parités de devises inspire les investisseurs. Ces derniers restent résolument actifs sur le Forex, continuant de privilégier massivement l’euro face aux autres monnaies.

Tout est relatif...

Guerre des changes : une menace pour l’Europe
La monnaie unique bénéficie en effet de vents porteurs depuis plusieurs mois. L’euphorie de la parité EUR/USD se justifie évidemment par l’étouffement progressif de la crise de la dette en zone euro et la conviction désormais partagée par tous que l’union monétaire – et donc sa monnaie – est irréversible. À cela s’est ajoutée plus récemment, l’annonce de perspectives économiques un peu moins négatives en Europe : si l’environnement demeure récessif, l’amélioration du sentiment économique en janvier, pour le troisième mois consécutif, est peut-être précurseur d’un redémarrage progressif de l’activité. Conséquence, plus optimistes sur les perspectives de la zone euro, les investisseurs continuent de diversifier leurs réserves de changes en « achetant » la monnaie unique.

Mais ce sont surtout les politiques monétaires des banques centrales américaine et japonaise qui, en affaiblissant délibérément leur monnaie pour rendre leurs économies respectives plus compétitives, soutiennent un peu plus l’appréciation de l’euro. Aux États-Unis, la Fed a confirmé cette semaine vouloir maintenir le cap de l’assouplissement quantitatif en maintenant sa politique d’achats d’actifs obligataires souverains, sans limite dans le temps. Chaque mois la Fed continue d’acquérir pour 40 milliards d’actifs immobiliers titrisés et pour 45 milliards de T-Bonds US, afin de continuer à pressuriser la courbe des taux d’intérêt à long terme et impulser une reprise durable du marché du crédit (notamment immobilier, auprès des ménages). Le bilan de la Fed atteint aujourd’hui 3.000 milliards de dollars.

Le Japon s'y met aussi !

De son côté la banque du Japon a appliqué les injonctions du nouveau gouvernement japonais. De retour aux affaires, le premier ministre Shinzo Abe souhaite imposer une politique économique « agressive » permettant au pays de sortir de l’ornière déflationniste. Pour cela, la BoJ (Bank of Japan) compte faire tourner à plein régime sa planche à billet à l’instar de la Fed. Le montant de son programme de rachats d’actifs obligataires a été rehaussé : pour résorber la déflation, qui se caractérise notamment par un déficit de la demande par rapport à l’offre de biens de consommation, et donc par le reflux des prix, des salaires et de l’activité, l’institution compte augmenter de 10 000 milliards de yens ses achats d’obligations japonaises.

Son programme global de rachats d’actifs est ainsi porté à plus de 100 000 milliards de yens, soit près de 900 milliards de d’euros (programme intégrant également des obligations corporate ou des titres hypothécaires immobiliers). De plus, la banque centrale maintient un taux directeur quasi nul à 0,1 % et compte revoir à la hausse son objectif d’inflation, jusqu’alors à 1%. Dans ce contexte, la parité EUR/USD (à 1.3650) a gagné +3,45 % en un mois, +11,6 % en six mois, tandis que la parité EUR/JPY (à 125.6) en hausse fulgurante de 10 % depuis un mois, vient d’atteindre un sommet de près de trois ans.

S’il stimule les cambistes, le succès de l’euro pourrait néanmoins jouer des tours aux entreprises européennes. Paradoxalement, un euro fort symbolise le retour de la confiance en l’avenir de la zone… mais il est freine aussi la compétitivité européenne à l’export. De quoi préoccuper les dirigeants de l’Union Monétaire qui considèrent la politique économique japonaise comme trop expansionniste et concurrentielle.

À propos de l’auteur : Fabrice Cousté est directeur général de CMC Markets France, l’un des principaux courtiers dans le monde.


Fabrice Cousté


1.Posté par BA le 11/02/2013 22:14

Les grands vainqueurs du sommet européen de vendredi sont les pays suivants : Autriche, Danemark, Allemagne, Finlande, Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni.

En septembre 2011, il y a eu une information importante :

11 septembre 2011 :

Budget de l'UE : neuf pays entament un bras de fer contre Bruxelles.

Neuf pays européens, dont l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni vont faire savoir lundi à la Commission que sa proposition de futur budget de l'UE (2014-20) est trop élevée face au contexte de rigueur généralisée, selon des sources diplomatiques.

"La proposition de la Commission européenne est trop élevée. Les hausses de dépenses du prochain cadre multiannuel sont nettement excessives par rapport à ce qui est requis pour une stabilisation du budget européen", indique un projet de déclaration conjointe obtenu l'AFP, qui doit être rendu public lundi.

Les ministres des Affaires européennes d'Autriche, du Danemark, d'Allemagne, de Finlande, de France, d'Italie, des Pays-Bas, de Suède et du Royaume-Uni doivent approuver ce document lors d'une rencontre lundi à Bruxelles, avant une réunion avec leurs homologues de l'ensemble de l'UE.

http://www.20minutes.fr/economie/784994-budget-ue-neuf-pays-entament-bras-fer-contre-bruxelles

Mais ça, c'était en septembre 2011.

Ensuite, il y a eu mai 2012, l'élection de François Hollande. Et la France a changé de camp. Après mai 2012, la France a rejoint le camp des Etats européens favorables à une augmentation du budget européen.

Enfin, il y a eu le vendredi 8 février 2013 : les chefs d'Etats et de gouvernements d'Autriche, du Danemark, d'Allemagne, de Finlande, des Pays-Bas, de Suède et du Royaume-Uni ont gagné une bataille historique.

Ils ont obtenu une baisse de 3 % du budget européen.

Et la France se retrouve dans le camp des vaincus.

Pour la période 2014-2020, le budget de l'Union Européenne sera au niveau minable de 1 % du PIB de l'Union Européenne.

Et il reste des bisounours qui croient encore à "l'Europe fédérale" ?

J'éclate de rire !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Nos chers ascenseurs Quel est le moyen de transport le plus utilisé en France ? La voiture ? Non. Le trai… https://t.co/Wpu4axgqzX
Jeudi 18 Janvier - 15:49
Robo advisor : quand l'humain rencontre le robot Inspirés par le succès de leurs homologues américains, les robo ad… https://t.co/LgREeshQld
Jeudi 11 Janvier - 15:55
88 % des directeurs envisagent des augmentations Bon à savoir avant les entretiens annuels d’évaluation : 88 % des… https://t.co/R2p3htB9bX
Mercredi 10 Janvier - 12:43
2018 : croissance et normalisatin monétaire 2017 s’achève sur la confirmation de la bonne santé de l’économie mondi… https://t.co/3qoNLjvCi1
Mercredi 10 Janvier - 12:28



2018 : croissance et normalisation monétaire

10/01/2018 - Emmnauel Auboyneau et Xavier D'Ornellas

Politique monétaire : la fin d'une décennie d'illusions

19/12/2017 - Emmanuel Auboyneau et xavier d'Ornellas

Croissance, confiance, mais pas de complaisance

14/12/2017 - Christophe Morel


Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com