Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

Énergies renouvelables : une alternative de plus en plus crédible

5 Décembre 2012
Notez



Le réacteur nucléaire EPR en cours de construction à Flamanville devrait finalement coûter 8,5 milliards d’euros, soit deux milliards de plus qu’annoncé précédemment. Pire encore, en 2005, le coût n’était estimé qu’à 3,3 milliards. Une escalade des prix qui relancent le débat sur les énergies renouvelables.

Des prix qui convergent

Énergies renouvelables : une alternative de plus en plus crédible
Ces dernières semblent désormais être une alternative économique crédible aux moyens conventionnels de production d'énergie électrique. Sur les énergies fossiles, les prix vont de 65 à 75 euros du mégawatt-heure (MWh), et sont appelés à augmenter. Pour l’EPR, ils étaient de 70 à 90 euros par MWh à l'époque où la centrale n'était estimée qu'à 6 milliards d’euros. À moyen terme, ces prix devraient converger vers des prix de 100 euros par MWh.

En comparaison, l'éolien a aujourd’hui un coût de production de 70 euros par MWh, et un tarif de vente de 84 euros. Le photovoltaïque est encore cher, entre 100 et 120 euros, mais se situe lui aussi sur une courbe descendante. On approche donc du point de croisement des courbes.

Des limites

D’autant plus que le président François Hollande s’est engagé de diminuer la dépendance de la France vis-à-vis du nucléaire. En 2025, le nucléaire devra fournir seulement 50 % de l’électricité produite en France, contre 75 % actuellement. Néanmoins, il est important de souligner qu’il n’est pas possible aujourd’hui de remplacer le nucléaire par des énergies renouvelables à grande échelle. L'éolien et le solaire sont en effet limités par le caractère variable de leur production, et nécessitent des investissements importants sur le réseau et le stockage de l'énergie. Le chemin est encore long comme le montre les difficultés du secteur éolien.

Sur les neuf derniers mois, les nouvelles puissances installées ont baissé de 34 %. Pour tenir les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement pour 2020, il faudrait aller de deux à trois fois plus vite. Il importe donc de revoir le cadre réglementaire, qui complique trop l’installation des éoliennes. Aujourd’hui, il s'écoule huit ans en moyenne entre l’identification du site et l’installation, contre deux ans Allemagne. Autre exemple, l’Etat vient de porter à 38 %, via le Fonds stratégique d’investissement (FSI), sa participation dans le fabricant d'éoliennes Vergnet, en difficultés.

Photovoltaïque

Concernant le photovoltaïque, le problème tient surtout au tarif de rachat, qui a beaucoup varié ces derniers temps. Le gouvernement doit annoncer bientôt de nouveaux tarifs, qui devraient permettre à la filière de survivre. Le panneau solaire peut encore espérer avoir de beaux jours devant lui. www.panosol.fr, filiale Du groupe GDF Suez, est une des belles réussites de ce secteur. Fin 2010, tandis que le marché du solaire en France vient juste de démarrer, le réseau ne compte pas moins de 24 agences réparties sur la moitié ouest de la France.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon






Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com


Mentions légales :

Éditeur : Économie et société - SIREN : 804 336 667 - Siège social : 55 avenue Gambetta 78400 CHATOU - Tél. : 01 75 26 57 97 - Directeur de la publication : Vincent Paes
Hébergeur : SAS OVH - 2 rue Kellermann BP 80157 59100 Roubaix - Tél. : 09 72 10 10 07
Date de création : 3 septembre 2017 - Tous droits réservés (2007-2022)