Bitcoin : la petite monnaie qui monte

28 Mai 2014
Rémi Lepage
Notez

Frenchweb organisait le 27 mai dernier le Bitcoin Day dans les locaux de l'Ecole 42. Une conférence dédiée à la monnaie virtuelle avec notamment Philippe Rodriguez, président de l'association Bitcoin France. Qu'est-ce que le bitcoin et comment expliquer l'engouement pour cette monnaie virtuelle ? Focus sur une petite monnaie qui monte.



Arrivés sur les "marchés" en 2009, les bitcoins en circulation devraient atteindre en 2033 le seuil maximal de 21 millions d'unités distribuées. Un seuil fixé dès l'origine par les concepteurs du projet. Techniquement, l'association Bitcoin France les présente comme "un système de paiement électronique expérimental basé sur un réseau décentralisé de pair à pair (P2P) sans aucune autorité centrale". Mais ils sont plus généralement présentés comme un mode alternatif de paiement sécurisé sur Internet. Un système entièrement autonome et transparent en terme d'émission et de contrôle : une aubaine en cette période de méfiance quant aux marchés financiers.

Un mode de paiement qui se répand

Bitcoin : la petite monnaie qui monte
Sur les bases de l'auto-régulation, les avantages de l'usage de cette monnaie virtuelle sont multiples et conformes aux valeurs partagées par les communautés technophiles : des transferts simplifiés sur Internet sans aucun tiers de confiance ; aucun contrôle des transactions par une autorité ou un tiers ; une gratuité totale des transactions et autres opérations ; un logiciel de fonctionnement totalement gratuit avec un code source ouvert ; une protection contre l'instabilité des monnaies traditionnelles.

Depuis peu, de grandes marques et de grands acteurs du secteur de l'Internet embrayent sur la tendance de ce mode de paiement. En avril dernier, la marque de grande distribution Monoprix annonçait via son directeur e-commerce son intention d'accepter dans les mois qui viennent ses premiers Bitcoins. D'autres acteurs comme Wordpress (hébergeur de blog), Overstock.com (commerce électronique) ou Virgin Galactic (organisateur de grands voyages) acceptent le paiement en Bitcoins. Plus contestés sur le web, les fameux brokers d'options binaires, comme Anyoption (annoncé dans un test de la plateforme d'offres de trading), acceptent de spéculer en Bitcoins.

Une monnaie encore contestée

Cependant, l'usage de cette monnaie virtuelle reste discuté et largement remis en cause par les Etats et organismes financiers. Elle est souvent présentée comme une aubaine pour des personnalités peu scrupuleuses dans des opérations de blanchiments d'argent et d'évasion fiscale. Alors, monnaie de singe ou monnaie d'avenir ? Seule la multiplication des échanges entre internautes et l'adoption du moyen de paiement par un plus grand nombre de plate-forme nous permettront de nous convaincre de sa valeur réelle.


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com