Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

13 jours : la moyenne des délais de paiement en Europe

27 Septembre 2018
Rémi Lepage
Notez

Les paiements se durcissent de nouveau en Europe. La recrudescence des retards de règlement de plus de 30 jours, notamment au Royaume-Uni et en Italie, repousse la moyenne européenne au-delà de 13 jours.La France conserve son fauteuil de numéro 3 en Europe même si les délais s'allongent sensiblement dans le secteur public.



La société Altares, premier réseau international d'informations BtoB, présente son étude sur les comportements de paiement des entreprises en France et en Europe au cours des 1er et 2e trimestres 2018. Après avoir approché 15 jours de 2013 à 2015, les retards de paiement des entreprises européennes ont reculé progressivement jusqu'à passer sous le seuil des 13 jours en début d'année 2018. Mais, le deuxième trimestre refroidit l'enthousiasme des fournisseurs et sous-traitants ; les règlements sont de nouveau décalés de plus de 13 jours. Moins d'un client européen sur deux (46,1%) paye l'ensemble de ses factures à l'heure.

Un plus bas historique en France

13 jours : la moyenne des délais de paiement en Europe
« En dépit des efforts de l'Union Européenne, les retards de paiement sont toujours un problème majeur pour la plupart des petites et moyennes entreprises en Europe. En moyenne, 8.6% des clients européens attendent plus de 30 jours après l'échéance pour payer leurs fournisseurs. Ce taux, au plus haut depuis plus d'un an, est l'illustration d'une économie peu sereine, en particulier au Royaume-Uni et en Italie. » relève Thierry Millon, Directeur des études Altares-D&B. La France a touché en début d'année un plus bas historique à 10,7 jours de retard.

Cette performance s'est maintenue sur le deuxième trimestre, essentiellement grâce aux petites structures de moins de 20 salariés. Chez les clients comptant plus de 20 salariés ou agents, les comportements de paiement se dégradent sensiblement ; les retards de règlement repassent au-dessus de 11 jours. « Des tensions se font jour dans le secteur privé mais c'est davantage dans le secteur public que les dérapages sont les plus visibles. Les questions budgétaires et parfois organisationnelles pèsent encore sur le traitement de la chaine de facturation », précise Thierry Millon.
 

Les grands retards plus fréquents ce trimestre en Italie et au Royaume-Uni

En Europe, les relations interentreprises se tendent de nouveau. Sur le deuxième trimestre 2018, 8,3% des clients dépassaient la date de paiement des factures de plus d'un mois. En début d'année, cette proportion était tombée à 8.1%, un taux au plus bas depuis six ans. Au Royaume-Uni, 8% des organisations payent avec des retards supérieurs à 30 jours. Avant crise, ce taux était de 6%. Les comportements de paiement s'étaient dégradés sévèrement en 2008 - 2009, jusqu'à porter la proportion de grands retards au-delà de 13 %.

Depuis, le taux avait fluctué entre 9% et 13% mais s'inscrivait sur une tendance baissière depuis l'été 2016, se rapprochant de 7% fin 2017 et début 2018. Le retournement du deuxième trimestre 2018 à 8%, illustre les difficultés rencontrées par les entreprises britanniques, plus particulièrement dans le commerce de détail. L'Italie s'inscrit également sur une tendance défavorable ce deuxième trimestre et affiche un taux élevé de grands retards. 14% des structures italiennes payent leurs factures avec plus de 30 jours de retard (13,5% en T1), un taux d'autant plus décevant que les délais pratiqués en Italie sont bien au-delà de 60 jours, voire 90 jours.

​Le Portugal, champion des grands retards.

En moyenne depuis début 2016, 19 % ded clients privés ou publics décalent leurs règlements de plus de 30 jours au Portugal. Ce taux a même grimpé à plus de 26 % en 2013. Le pays est donc un habitué des grands retards sans, toutefois, contribuer défavorablement à la tendance européenne sur le deuxième trimestre (18.8% contre 19.2% en T1). L'Espagne peine également à résister à la fragilité conjoncturelle. Les entreprises espagnoles peuvent s'enorgueillir d'être, depuis fin 2016, majoritairement vertueuses, mais elles sont moins nombreuses sur ce deuxième trimestre.

Près de 56% payaient leurs fournisseurs à l'heure fin 2017, elles ne sont plus que 51% désormais. Elles sont dans le même temps légèrement plus nombreuses que la moyenne européenne (8,7% contre 8,6%) à différer leurs règlements au-delà de 30 jours après l'échéance. « L'Europe était inscrite depuis deux ans sur une tendance favorable, mais le printemps a modifié la trajectoire, écartant du même coup la possibilité de ramener le taux de retards supérieurs à trente jours sous les 8% d'avant crise. Ce revers est d'autant plus préoccupant que le palier des 30 jours est identifié comme accélérateur du risque financier ; C'est la frontière entre le retard parfois organisé et une trajectoire d'insolvabilité. » avertit Thierry Millon.


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com