​La Chine relance la guerre des changes

13 Août 2015
Nicolas Chéron
Notez



En Bourse, l’été n’est pas toujours aussi calme qu’attendu ! Les investisseurs en font l’amère expérience avec la recrudescence du « risque chinois » qui fait vaciller les marchés actions (-3,35% à la clôture pour l’Eurostoxx50, hier) : après les mouvements de sell-off des dernières semaines sur le marché chinois, les autorités viennent de procéder à deux dévaluations successives du yuan. Des décisions qui ont pris de court les investisseurs.

Les valeurs occidentales les plus sensibles à la consommation chinoise pénalisées

Impliquées dans la « guerre des changes », les autorités chinoises ont décidé de dévaluer le yuan pour soutenir la compétitivité économique chinoise. En procédant successivement à deux modification du taux de référence du yuan par rapport au dollar US, l’objectif de la Banque centrale de Chine est notamment de rendre la production chinoise meilleur marché pour les consommateurs occidentaux (Europe, USA) et relancer ainsi les exportations chinoises (celles-ci ont subi un brutal coup de frein ces derniers mois).

La réaction des marchés boursiers internationaux a été instantanée avec une correction généralisée des indices ces deux derniers jours. Car en retour d’une hausse de la compétitivité à l’export de la Chine, ce mouvement de taux de change pénalise les importations chinoises, désormais plus onéreuses. Les marchés internationaux s’inquiètent donc de voir le recul de la demande chinoise pénaliser les sociétés occidentales. Les secteurs exportateurs les plus sensible à la consommation chinoise ont beaucoup souffert. En Europe, c’est le cas des valeurs du luxe (LVMH) ou de l’automobile (Peugeot, Faurecia, Plastic Omnium).

A long terme, le nouveau modèle de fluctuation du yuan peut être salutaire

Entre les mouvements de « sell-off » des investisseurs domestiques chinois qui avaient fortement déstabilisés les marchés boursiers locaux en juillet, le tumulte causé sur les changes par la Banque populaire de Chine et la dégradation des indicateurs conjoncturels, la Chine fait figure de facteur de risque global, auquel les investisseurs devront être attentifs à l’horizon des prochaines semaines.

Il faut toutefois relativiser l’hypothèse d’une crise profonde en Chine à plus long terme. En effet, les décisions des autorités peuvent être salutaires : en modifiant le taux de change, la banque de Chine semble désormais ouverte à un système de fluctuation plus libre, cela ressemble à une « libéralisation » du Yuan. C’est une nécessité si la Chine souhaite en faire une monnaie de référence à l’international. Cela pourrait permettre à la devise d’avoir un comportement plus autonome, pour une valorisation un peu plus en ligne avec les référentiels de « pricing » traditionnels du marché des changes et avec les fondamentaux de l’économie nationale.

Par ailleurs, la séquence d’incertitude économique que traverse actuellement le pays est comparable à une phase d’ajustement, à la faveur d’une croissance probablement plus soutenable dans le futur. Voir le rythme de croissance annuel « ralentir » à 4 ou 5% (une notion à relativiser au vu des perspectives en Europe, où la croissance du PIB plafonnera à 1,7% en 2016 selon le FMI) a un sens économiquement, le pays explorant désormais dans un cycle (légitime) de maturité.

A propos de l'auteur : Nicolas Chéron est stratégiste chez CMC Markets France.


Nicolas Chéron


1.Posté par Cedric le 20/08/2015 18:12

Quand pensez-vous que les marchés chinois rebondiront ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com