Vous descendez à quel étiage ?

26 Janvier 2012
Louis Peretz
Notez



Non ce n’est pas une erreur. Il s’agit bien d’étiage, qui comme chacun sait veut dire le niveau le plus bas d’un cours d’eau. La descente aux enfers, la baisse de croissance actuelle des flux monétaires sera un jour limitée à son plus bas niveau possible en passant par la déflation comme dans les années 30 : un pays ne disparaît pas totalement même si son activité dégringole. Tous les flux de liquidités sont en réseaux, nationaux et maintenant internationaux.

Des cours d’eau qui se tarissent

Vous descendez à quel étiage ?
Le problème est qu’une partie des sources de ces cours d’eau qui alimentent normalement l’activité perdent de leur vigueur de plus en plus, à cause de la rigueur. Le niveau baisse, mais il s’arrêtera, aux structures mêmes de l’économie réelle, celle des biens et de leur circulation jusqu’au minimum de survie. C’est structurel.

C’est ce qu’espèrent nos politiques, estimant officiellement (pensée unique) être incapables d’arrêter cette dégringolade. La croissance descend plus vite que leurs savants calculs le promettaient. La rigueur, par la diminution des dépenses budgétaires accentue encore plus cette descente par une succession de cause à effets.

Des fonds propres insuffisants

Certes les dégâts ont beau être considérables, dans nos pays occidentaux il restera de quoi manger pour tous, grâce aux associations caritatives et à la charité privée. Il faudrait pour relancer l’activité que ceux qui ont de l’argent mettent sérieusement la main à la poche. Mais les élites qui nous gouvernent ferment les yeux parce que cela supposerait d’aller puiser dans les coffres-forts de leurs amis.

Les banques, malgré les apparences, n’ont pas de fonds propres suffisants : leur argent circule en permanence. La finance internationale ou nationale a perdu des milliards. Il en reste inutilement en réserve, qui avoisinerait les 40 000 milliards de dollars de par le monde. L’autre solution pour relancer l’activité reviendrait à fabriquer de l’argent, malgré le risque inflationniste qui diminue les actifs financiers et la rente (plus que le pouvoir d’achat).

Une banque centrale privée…

Mais, entre ce risque et celui de l’insolvabilité plus simple à gérer, qui provient de la stratégie de l’offre, quel gouvernement osera rééquilibrer le système en faveur du système traditionnel de la
demande, abandonné depuis 30 ans ? Oser augmenter les dépenses en recrutant à nouveau des fonctionnaires, et augmenter leurs salaires, et les petites retraites profiterait davantage aux peuples qu’aux financiers.

Et pour combler un éventuel déficit, faire porter l’augmentation des liquidités nécessaires, par une banque centrale privée mais dépendante (style Fed), ou nationale, ce qui, malheureusement, est encore interdit par les traités européens depuis Maastricht. Et par l’Allemagne.


Louis Peretz

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Nos chers ascenseurs Quel est le moyen de transport le plus utilisé en France ? La voiture ? Non. Le trai… https://t.co/Wpu4axgqzX
Jeudi 18 Janvier - 15:49
Robo advisor : quand l'humain rencontre le robot Inspirés par le succès de leurs homologues américains, les robo ad… https://t.co/LgREeshQld
Jeudi 11 Janvier - 15:55
88 % des directeurs envisagent des augmentations Bon à savoir avant les entretiens annuels d’évaluation : 88 % des… https://t.co/R2p3htB9bX
Mercredi 10 Janvier - 12:43
2018 : croissance et normalisatin monétaire 2017 s’achève sur la confirmation de la bonne santé de l’économie mondi… https://t.co/3qoNLjvCi1
Mercredi 10 Janvier - 12:28



2018 : croissance et normalisation monétaire

10/01/2018 - Emmnauel Auboyneau et Xavier D'Ornellas

Politique monétaire : la fin d'une décennie d'illusions

19/12/2017 - Emmanuel Auboyneau et xavier d'Ornellas

Croissance, confiance, mais pas de complaisance

14/12/2017 - Christophe Morel


Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com