Taux immobilier : 2,25 % sur 15 ans

2 Octobre 2015
Antoine Balduino
Notez

Statu quo sur les taux ? Un mois de septembre dans la lignée du mois d’août : peu de changements, mais très ciblés



Le mois de septembre semble prolonger le mois d’août sur le marché des taux : nos partenaires bancaires n’observent pas de tendance de fond générale à la hausse ou à la baisse. Par contre, ils procèdent à des ajustements ciblés sur des durées ou des profils de clientèle précis.

Renégocier son crédit

Alors que certains sont toujours très agressifs avec des taux particulièrement bas sur 15 ans, mais réservés à une frange de clients potentiels très réduite, d’autres choisissent au contraire d’augmenter légèrement leurs taux et de diminuer ainsi leur attractivité. « A contrario, l’une de nos banques partenaires a baissé ses taux de 0,10 point, mais elle avait également fait partie des premières à les augmenter en juin dernier » précise Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com.

2,25 % sur 15 ans (+ 0,03 point par rapport au mois dernier)
2,50 % sur 20 ans (+ 0,01 point)
2,81 % sur 25 ans (-0,04 point)

« Ces ajustements de court terme ne doivent pas nous faire perdre de vue le niveau toujours très bas du marché » commente Maël Bernier, « et surtout ne doivent pas décourager un emprunteur qui n’aurait pas encore profité de l’opportunité de renégocier son crédit. »

Taux fixes LONGUE DURÉE


Taux fixes COURTE DURÉE


Des marges bancaires qui restent confortables

Les inquiétudes liées au marché des taux des pays émergents, les incertitudes quant à une éventuelle augmentation du taux directeur américain semblent toujours profiter pour le moment aux bons du Trésor, qui sont toujours à un très bas niveau, mais dans un contexte de volatilité relativement élevée. « Même si la marge financière des banques reste toujours significative, ce qui pourrait leur donner une marge de manœuvre importante en cette fin d’année, leur attentisme est le reflet pour beaucoup d’objectifs commerciaux déjà atteints, ce qui leur permet également de préparer leur future stratégie d’acquisition pour 2016 » analyse Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

« Les banques ne veulent plus crouler sous les dossiers comme elles l’ont fait il y a quelques semaines : le retard est en passe d’être rattrapé, les délais d’octroi sont pratiquement tous revenus à la normale » complète Maël Bernier. Le futur PTZ+ 2016 dans l’ancien « étendu et simplifié », conformément aux dernières annonces de François Hollande, sera peut-être aussi l’occasion pour certains de nos partenaires, de refondre leur politique commerciale vis-à-vis des primo-accédants. Autant de raisons pour ne pas anticiper de bouleversements sur les taux de crédit immobilier en cette fin d’année.


Antoine Balduino

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Croissance, confiance, mais pas de complaisance Si la prudence est de mise concernant l’environnement de long terme… https://t.co/7c78jYZcFH
Jeudi 14 Décembre - 17:08
2018 : une nouvelle année de hausse en perspective sur les marchés actions Les prévisions de croissance pour 2018 e… https://t.co/DJ7vYtcKbe
Jeudi 14 Décembre - 17:08
L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com