Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

Onboarding : La technologie, alliée des néobanques face aux obligations réglementaires

19 Septembre 2017
Sven Radulovic
Notez

Alors que la vague technologique atteint de plein fouet le secteur bancaire, il devient de plus en plus complexe pour les acteurs de concilier obligations réglementaires et expérience client fluide. Et ce constat est particulièrement vrai lors d’une ouverture de compte. Mais les néobanques savent puiser dans les ressources d’innovation pour résoudre cette équation.



S’appuyer sur les nouvelles technologies pour repenser l’ensemble des processus client, là est le véritable enjeu pour les banques traditionnelles aujourd’hui. Car les progrès rapides de la technologie mobile et son adoption généralisée par la société ont entraîné un changement sismique dans le comportement et les attentes des clients. Ces derniers ne se contentent plus désormais de services bancaires classiques en agence avec leur lot de files d'attentes et de processus manuels. Au contraire, ils attendent des établissements qu'ils s’appuient sur l’innovation pour proposer des services plus adéquats avec leur mode de vie et leurs nouveaux usages. Et cela passe aussi par la révolution du processus d’onboarding - ou « entrée en relation ». Habitués à Uber, Airbnb ou encore Deliveroo, les clients réclament la même simplicité et rapidité pour ouvrir un compte bancaire que pour s’inscrire sur ces plateformes.
 

La réglementation, un rempart nécessaire contre la fraude et le surendettement

Pourtant, malgré les investissements et les efforts technologiques, les banques sont encore bien loin du résultat en raison notamment de la régulation stricte appliquée au secteur. Le process d’onboarding doit en effet respecter des contraintes réglementaires et légales afin que la banque puisse confirmer l’identification et un niveau de connaissance satisfaisant avant de pouvoir proposer tout produit ou service. Et ce, dans un seul et unique but : protéger à la fois le client et l’établissement lui-même. Côté client, il s’agit de vérifier la cohérence entre son besoin et les produits et services proposés, de prévenir toute tentative d’usurpation d’identité et d’éviter le risque de surendettement. Côté banque, l’objectif est de la protéger contre toute tentative de fraude dans un contexte de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Cependant, la collecte d’informations liée à cet ensemble de contrôles obligatoires pénalise parfois la fluidité de l’expérience client.

Les néobanques misent sur un onboarding 100% digital

De plus, dans un paysage où les banques mobiles fleurissent un peu partout en Europe, ce process réglementé se complexifie davantage lors d’une entrée en relation à distance. De fait, la fiabilité de l’identification et des renseignements indiqués par les clients potentiels est clairement mise à risque. Ces nouveaux acteurs doivent alors réussir à réconcilier objectif de protection et souplesse de l’expérience utilisateur. Pour ce faire, des solutions plus ou moins intrusives se sont développées sur le marché pour assurer une identification du client fiable et faciliter la récolte d’informations et de documents à distance. Ces méthodes se basent principalement sur les technologies de reconnaissance optique de caractères – dites OCR –, sur celles de reconnaissance biométrique mais aussi sur l’hyper connectivité de la population qui facilite la transmission de l’information. Les entreprises qui proposent aujourd’hui ce type de services se distinguent ainsi par le degré et la qualité des contrôles automatisés, la flexibilité dans le déploiement de leur solution, la taille des librairies de documents supportés ainsi que le niveau d’intégration avec des institutions tierces.

Grâce à une approche mathématique, ces technologies apportent une fiabilité sans égale qui permet d’assurer une constante dans les résultats des contrôles, là où l’erreur humaine était courante il y a quelques années. In fine, grâce à un onboarding réduit à quelques minutes et un accès aux services quasi immédiat, c’est toute l’expérience client qui s’en trouve renforcée. De telles initiatives font le pari d’un futur hyper-connecté où les services instantanés et la transparence seront les maitres mots. Bref, l’avenir de la banque se dessine aujourd’hui.

A propos de l'auteur : Sven Radulovic est responsable de la conformité et des risques chez Ditto by Travelex.


Sven Radulovic

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L'arme monétaire au cœur de la guerre commerciale Depuis le 23 mars dernier, la Chine et les États-Unis se livrent… https://t.co/HLdSooueqe
Vendredi 12 Octobre - 11:00
8 % des dirigeants pensent que leur entreprise n'est pas prête à faire face à la révolution IA Intelligence artific… https://t.co/2G9b7GqR1N
Vendredi 12 Octobre - 10:54
Guide des salaires 2019 : une légère hausse attendue Chaque année, le guide des salaires de Robert Half e… https://t.co/IfhkChPZZC
Vendredi 12 Octobre - 10:40
Marques : quels sont les nouveaux leaders d'opinion ? Ultramedia , agence conseil en communication éditoriale et di… https://t.co/JJsoNhl2i9
Vendredi 12 Octobre - 10:35





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com