ECONOMIE ET SOCIETE

Marchés actions : le découplage Etats-Unis/Europe n’existe pas

21 Mars 2018
Laurent Gaetani
Notez



La récente correction des actions américaines et le rebond qui s’en est suivi ont provoqué des mouvements identiques sur l’ensemble des places mondiales, rendant inefficaces les stratégies de diversification géographique. Comment réagir face à ce défi ?

Le marché américain reste central

Marchés actions : le découplage Etats-Unis/Europe n’existe pas
Depuis plus d’un an, les actions européennes sont régulièrement citées comme des actifs à privilégier dans le cadre d’une stratégie d’investissement diversifiée. Les arguments allant en ce sens sont nombreux : les valorisations des actions européennes ne sont pas excessives, la croissance accélère en zone euro et la politique monétaire de la BCE reste extrêmement accommodante. A contrario, les actions américaines sont réputées chères, la croissance américaine est au-dessus de son potentiel de long terme et la Fed est engagée dans un cycle de remontée de ses taux directeurs. Les marchés européens semblent donc clairement en mesure de surperformer les marchés américains.

Pourtant, malgré ce contexte porteur, les actions européennes peinent à se distinguer de leurs homologues américaines. Les performances de l’année 2017 l’ont montré : sur l’ensemble de l’année, les grands indices américains ont réalisé une performance globalement semblable à celle des actions européennes en tenant compte des variations de change euro-dollar. La récente correction que les marchés actions ont connue au début du mois de février a non seulement illustré une nouvelle fois cette idée, mais a également rappelé la forte dépendance des marchés européens vis-à-vis de Wall Street. Le marché européen a même baissé dans des proportions plus importantes que le marché américain.

Cela confirme que la structure des marchés actions européens est moins efficiente que celle des marchés américains (faible poids des valeurs technologique par exemple) et se caractérise également par un plus fort bêta, c’est-à-dire une plus grande volatilité. Beaucoup d’investisseurs ont ainsi tendance à occulter ce marché. En somme, le découplage entre les actions européennes et américaines n’existe tout simplement pas.

Des marchés de plus en plus corrélés

Depuis la crise de 2008, les marchés boursiers ont certes tous monté… mais pas à la même vitesse. Le marché américain est monté 2,5 fois plus vite que le marché européen. La corrélation peut donc sembler relativement faible, mais celle-ci se renforce particulièrement lors des phases de replis. L’interdépendance des places financières a tendance à augmenter, ce qui n’est pas non plus illogique, dans le sens où la plupart des grandes entreprises du CAC40, du DAX allemand ou du Footsie britannique sont des multinationales dont les activités dépendent parfois davantage de la conjoncture américaine ou asiatique qu’européenne.

La difficulté propre à notre époque tient au fait que ces corrélations sont de plus en plus nombreuses, y compris entre les différentes classes d’actifs. La fin des politiques monétaires accommodantes rebat les cartes de l’allocation d’actifs. Le début d’année a montré que la baisse du marché obligataire américain pouvait entraîner une baisse des marchés actions, alors que les obligations étaient traditionnellement des actifs-refuges en cas de baisse des actions.

Comment adapter sa gestion de portefeuille ?

La période de Goldilocks (Boucle d’or, du célèbre conte du 19ème siècle) est probablement derrière nous. Le terme boucle d’or désigne une économie tempérée, ni en surchauffe pour déclencher l’inflation, ni refroidie au point de causer une récession. Une telle situation se caractérise par des taux d’intérêt faibles, un chômage bas, des prix d’actifs en hausse, une volatilité faible et une croissance régulière du PIB. Avec la remontée des taux et de l'inflation, associée à une plus forte volatilité, le régime de Goldilocks semble disparaitre, même si la croissance reste forte. Avec une toile de fond macro moins parfaite que précédemment, le marché semble plus sensible aux différentes données.

Cela a conduit à la fin du régime de faible volatilité et à une volatilité intraday plus élevée. D’autres sujets d’incertitude récents participent à cette configuration de marché, à savoir l’incertitude sur les tarifs douaniers de Trump et l’évolution à venir de la politique italienne, mais étant donné la forte croissance actuelle et le caractère peu attractif des obligations, nous continuons de surpondérer les actions, même si nous anticipons des rendements ajustés au risque plus faibles. Dès lors, les valeurs refuges se faisant rares, le cash et/ou les obligations « investment grade » de très court terme doivent être utilisés pour réduire le risque (actions etobligations), en complément des stratégies de couvertures. Une autre réponse se trouve dans l’allocation sectorielle : bien que les marchés soient fortement corrélés entre eux, des écarts de performance significatifs s’observent toujours entre les différents secteurs.

A propos de l'auteur : Laurent Gaetani est directeur général de Degroof Petercam Gestion.


Laurent Gaetani

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Comment choisir une offre d’emploi? La période estivale est souvent l’occasion de faire le bilan sur l’année profes… https://t.co/zeveLkfb7l
Vendredi 13 Juillet - 11:17
Pourquoi la banque se tourne vers le cloud pour réussir sa transformation digitale ? La croissance du cloud ne cess… https://t.co/oXHkByzsR6
Vendredi 13 Juillet - 11:06
Quelles technologies feront l'expérience mobile de demain ? Ce n’est un secret pour personne : le mobile est devenu… https://t.co/KuOJewweEO
Vendredi 6 Juillet - 11:39
La stratégie des investisseurs doit s’adapter au retour des tensions inflationnistes L’augmentation des tensions in… https://t.co/sQvextGviX
Vendredi 6 Juillet - 11:31





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com