Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

Les petites et moyennes capitalisations offrent de belles opportunités d’investissement

17 Mai 2018
Charles Anniss
Notez

Les petites et moyennes capitalisations («SMID caps») surperforment les grandes capitalisations depuis le début de l’année, et tous les facteurs sont au rendez-vous pour la poursuite de cette solide dynamique.



Au cours des dernières années, à l’exception de 2016, les SMID caps européennes ont systématiquement réalisé des performances supérieures à celles des grandes capitalisations. Malgré le retour marqué de la volatilité en début d’année, ce segment de marché continue à bien se comporter. 

​Un segment qui surperforme depuis le début de l’année

Les petites et moyennes capitalisations offrent de belles opportunités d’investissement
Sur les quatre premiers mois de l’année, différentes tendances de marché se sont succédé. En janvier-février, la volatilité des marchés actions a bondi dans son ensemble, mais elle a surtout affecté les grandes capitalisations, celles-ci étant à la fois pénalisées par les ventes d’ETF et par le mauvais parcours des «bond-proxys» en période de hausse des taux. La faible proportion de «bond-proxys» au sein des petites capitalisations a permis à ses dernières d’être moins affectées. A partir du mois de mars, une deuxième phase d’incertitude est apparue avec les craintes relatives aux mesures protectionnistes de Donald Trump et aux déboires de Facebook. Sur cette période, les titres ayant le mieux résisté sont les valeurs défensives. Enfin, en avril, nous avons assisté à une normalisation du marché, avec une rotation sectorielle en faveur des titres cycliques («value»).

Dans cet environnement mouvementé, les SMID caps ont continué à surperformer les grandes capitalisations. De janvier à avril, le MSCI Europe Large Caps a en effet enregistré une performance de +0,04% (au 27 avril), alors que le MSCI Europe Small Caps s’est affiché à +1,20 %.

Une bonne dynamique appelée à se poursuivre

Cette belle performance devrait perdurer cette année, portée par la solidité des fondamentaux économiques de ces sociétés.
Pour 2018, la croissance des bénéfices des SMID caps européennes est attendue autour de 19 à 20%. Ces attentes sont clairement supérieures à celles des grandes capitalisations, qui devraient voir la croissance de leurs bénéfices s’établir aux alentours de 12 à 13% cette année. Ce constat n’est pas surprenant car cette tendance est structurelle, les petites entreprises ayant par nature un meilleur potentiel de croissance que les grandes entreprises déjà matures sur leur marché. Les petites capitalisations présentent également l’avantage d’être plus exposées au marché domestique que les sociétés de grande taille. Or, la conjoncture européenne est actuellement l’une des plus porteuses grâce à la reprise en cours.

Cette solide dynamique favorise aussi les activités de fusion-acquisition, dont les SMID caps sont des cibles privilégiées. De nombreuses opérations de ce type ont déjà eu lieu depuis le début de l’année, et leur rythme devrait augmenter dans le contexte actuel de taux bas en Europe, avant leur remontée progressive liée à l’arrêt des interventions de la BCE.

​Une qualité encore bon marché

Enfin, les SMID caps européennes présentent l’avantage d’être des entreprises nettement moins endettées que leurs homologues américaines. Un chiffre interpelle: les PME européennes sont en moyenne deux fois moins endettées que les entreprises américaines de même taille. Le prix de cette qualité reste par ailleurs encore attractif. Certes, après plusieurs années d’excellentes performances, les valorisations des SMID caps sont désormais supérieures à leur moyenne de long terme. Pour autant, les niveaux de valorisation demeurent globalement similaires à ceux des grandes capitalisations. Les SMID caps affichent une croissance supérieure à celle des grandes capitalisations, et leur valorisation relative est donc particulièrement attrayante. La comparaison avec les SMID caps américaines est encore une fois sans appel: ces dernières présentent des valorisations plus élevées que celles de leurs homologues européennes.

Pour profiter pleinement des opportunités offertes par le segment des SMID caps, l’important est toujours de savoir rester sélectif. Les PME irlandaises, françaises et espagnoles recèlent actuellement un vaste vivier de valeurs de qualité. Nous surpondérons donc ces sociétés au sein de notre allocation d’actifs.

​A propos de l'auteur : Charles Anniss est senior portfolio manager à l’Union Bancaire Privée (UBP).


Charles Anniss

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L'arme monétaire au cœur de la guerre commerciale Depuis le 23 mars dernier, la Chine et les États-Unis se livrent… https://t.co/HLdSooueqe
Vendredi 12 Octobre - 11:00
8 % des dirigeants pensent que leur entreprise n'est pas prête à faire face à la révolution IA Intelligence artific… https://t.co/2G9b7GqR1N
Vendredi 12 Octobre - 10:54
Guide des salaires 2019 : une légère hausse attendue Chaque année, le guide des salaires de Robert Half e… https://t.co/IfhkChPZZC
Vendredi 12 Octobre - 10:40
Marques : quels sont les nouveaux leaders d'opinion ? Ultramedia , agence conseil en communication éditoriale et di… https://t.co/JJsoNhl2i9
Vendredi 12 Octobre - 10:35





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com