Les innovations qui vont révolutionner notre façon de conduire

27 Août 2014
Notez



Alors que les constructeurs automobiles sont confrontés à une baisse durable de leurs ventes, ils doivent, dans le même temps, investir massivement dans l’innovation afin de rester compétitifs. Face à cet apport de nouvelles technologies, le secteur est en train de se réinventer. A quoi ressemblera la voiture de demain ?

Des véhicules automates

Échéance : 5 à 10 ans
 
Il y a cinq ans, les premières vidéos de la Google Car en train de se promener toute seule fascinaient mais tout le monde pensait que cela était impossible à mettre en place à grande échelle. Aujourd’hui, les innovations technologiques ont permis de faire tomber les dernières barrières. Plus besoin d’avoir environnement banalisé, la voiture connectée peut sortir sans crainte. Pour le moment, le principal frein au premier lancement d’un véhicule automate est juridique. Qui serait responsable en cas d’accident ?

Des véhicules propres

Échéance : 3 à 5 ans
 
Entre conscience écologique et prix du carburant en hausse, la consommation d’essence est devenue un élément phare dans le choix d’un véhicule. A partir de 2015, la réglementation européenne limitera les émissions de CO2 à 130 grammes par kilomètre et à 95 grammes à compter de 2020. Résultats, les ingénieurs travaillent tous sur des moteurs plus sobres. Certains prototypes consomment seulement deux litres aux 100 kilomètres contre 3,5 litres minimum actuellement. Les constructeurs se servent des avancées technologiques pour proposer des voitures respectant ces nouvelles contraintes : électrique, hybride… Les solutions sont nombreuses. Seul problème ? Savoir quel modèle va prendre le dessus sur un marché ultra compétitif.

Des véhicules connectés

Échéance : déjà
 
De nombreux constructeurs proposent déjà des voitures disposant d’une tablette. Pour le moment, les utilisations sont limitées mais le potentiel de ce nouveau marché est énorme. Le cabinet Oliver Wyman estime qu’il y aura 200 millions de voitures connectées d’ici quatre ans. Et selon le cabinet Roland Berger, le marché des systèmes embarqués devrait peser environ 15 milliards d'euros d'ici à 2020. Autre évolution, les voitures vont devenir actives. Jusqu’à maintenant, elles se contentaient de recevoir de l’information. Bientôt, elles seront capables d’en émettre. Une mine d’or pour les constructeurs qui pourront améliorer leurs services.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com