La solitude de la BCE

8 Mars 2016
Patrice Gautry
Notez



La BCE semble prise comme dans un étau, entre sa promesse d’une stratégie « No Limit », les attentes des marchés, et des données économiques indiquant une reprise sans relief. Pour doper l’inflation, il faudrait – n’en déplaise à l’Allemagne – plus de relance budgétaire et davantage de coordination entre les banques centrales.

Garantir les crédits, avec l’aide des gouvernements nationaux

L’inflation anticipée et l’atonie de la progression du crédit en zone euro ne constituent pas un bilan positif de l’action de la BCE et de son extension récente, même si cette politique peut fonctionner à moyen terme. La stratégie de la BCE voit les contraintes se multiplier, avec notamment les remboursements à venir des premiers LTRO et la rentabilité déclinante des banques due aux taux négatifs sur les réserves et à la baisse des rendements souverains.

Dans ce contexte, une action de la BCE paraît souhaitable et nécessaire – en ligne avec les promesses de M. Draghi –, avec pour seul but la relance du crédit. La banque centrale devra pour ce faire accepter dans son bilan des actifs risqués (obligations d’entreprises, voire de sociétés financières). Pour améliorer la rentabilité des nouveaux prêts et accélérer leur progression, elle pourrait audacieusement mettre en place un système qui, avec l’aide des gouvernements ou de l’Europe, offre des garanties sur les crédits ou permet d’en compenser partiellement le risque éventuel. Cette annonce serait une vraie bonne surprise pour les marchés financiers, quel que soit le timing d’implémentation (dès mars ou ultérieurement).

La BCE peut gagner du temps en mars – au risque de se noyer dans les détails d’une longue liste de mesures ponctuelles: baisse des taux sur les réserves et aménagement de leur seuil de déclenchement, extension des durées et des montants des TLTRO, abaissement du seuil d’acceptation des qualités de crédit et du niveau de rendement minimum, modification de la part maximale de la BCE dans les émissions obligataires, et achats mensuels qui s’écarteraient de la règle basée sur la composition du capital de la banque centrale.

Or, toutes ces mesures, certes utiles et efficaces à moyen terme, ne marquent pas de rupture nette par rapport à la stratégie en place depuis 2011. Pour doper l’inflation, il faudrait – n’en déplaise à l’Allemagne – plus de relance budgétaire et davantage de coordination entre les banques centrales. En attendant, la BCE est contrainte de prendre, seule, des initiatives.

A propos de l'auteur : Patrice Gautry est chef économiste de l’UBP.


Patrice Gautry

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com