En six mois, 350 millions d’euros ont été pariés en ligne

13 Décembre 2010
Notez



En six mois, 350 millions d’euros ont été pariés en ligne
En six mois, les Français ont misé « seulement » 350 millions d’euros alors que les acteurs du marché espéraient que cette somme franchisse les 500 millions. Ce résultat est d’autant plus mauvais que sur la simple période de la Coupe du monde, 60 millions d’euros avait été joués en ligne.

Le poker tire son épingle du jeu. En France, c’est exactement 2,1 milliards qui ont été misés par les 2 millions d’internautes sur les salles de poker agréés par l’Autorité de régulation des jeux en ligne (ARJEL). Il faut bien évidemment noter que chaque euro est, en moyenne, joué, une vingtaine de fois par les joueurs. En prenant en compte cela, on arrive à un marché estimé à environ 105 millions d’euros. D’ici deux ans, les professionnels du marché estiment que ce montant pourrait doubler.

Jeux en ligne: des gains encore virtuels

Malheureusement, la rentabilité n’est pas encore au rendez-vous. La faute à d’importants investissements : bookmakers, publicité. Ainsi, la nouvelle activité du PMU ne sera pas profitable en 2010. Même le géant Bwin, malgré une augmentation de 50 % de ses clients après la régulation, affiche des résultats équivalents à ce qu’ils étaient auparavant. Selon lui, cette mauvaise performance est liée au niveau des taxes. De 7,5 % sur les mises des joueurs, elles représenteraient, après versement des gains, à un prélèvement de 60 % sur les revenus des entreprises.

Cela revient à un niveau de taxe de 3 à 4 fois supérieur à ceux pratiqués en Italie et en Allemagne. Pour les professionnels, ces inégalités poussent les internautes à aller jouer sur des sites étrangers.
Ces sites “illégaux” représenteraient entre 15 % et 50 % du marché des jeux en ligne, selon les opérateurs.

Une concentration du secteur

Ces mauvaises performances s’expliquent également par un marché très concurrentiel. Aujourd’hui, on compte en France pas moins de 32 entreprises de pari en ligne. A terme, il ne devrait en rester qu’une dizaine. BetClic, désormais numéro un des paris sportifs avec 46 % du marché devrait en faire partie. Quant aux sites spécialisés sur une seule activité, comme Winamax avec le Poker, pas sûr qu’ils soient de taille à résister à moyen terme.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



L’intégration de critères ESG dans les financements aux TPE-PME Vers une généralisation pour les acteurs financiers… https://t.co/6rwkIMg0YX
Jeudi 7 Décembre - 10:23
Nom de domaine : à quand une méthode d’évaluation monétaire ? A l’heure où les actifs immatériels digitaux prennent… https://t.co/yT982bNt6d
Jeudi 7 Décembre - 10:23
RT @vincent_paes: Jean-Pierre Gomez : "Le Luxembourg est le meilleur endroit pour créer un fond" #PEX17 https://t.co/sPRA54R1oz
Vendredi 1 Décembre - 12:26
RT @vincent_paes: Nicolas Waibel : "les fonds sont très conservateurs pour leur localisation. Je ne vois pas émerger de nouvelles places"#P…
Vendredi 1 Décembre - 12:26





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com