Economie et société - Les clés pour comprendre l'actualité

81 % des séniors souhaiteraient être pris en charge à domicile

12 Décembre 2019
Rémi Lepage
Notez



Pour répondre de manière concrète et efficace aux enjeux du vieillissement de la population et de la hausse de la dépendance, le gouvernement avait commandé un rapport en vue d'un projet de loi Grand Age : le rapport Libault. Celui-ci met en lumière la précarité des structures traditionnelles de prise en charge : manque de place, manque de personnel, manque de moyens... et rappelle l'urgence de proposer des alternatives au modèle de prise en charge actuel.

Prise en charge à domicile, quelle place ?

81 % des séniors souhaiteraient être pris en charge à domicile
Déjà essentiels au système de santé, les PSAD seront amenés à intervenir davantage dans la prise en charge des patients dans les années à venir, un constat que partagent 96% des séniors interrogés.  

Le contexte actuel est propice à la croissance du secteur de la santé à domicile. On observe en effet une hausse des besoins causée par le vieillissement de la population et la prévalence des maladies chroniques. Par ailleurs, la saturation des structures de prise en charge traditionnelles (urgences, maisons de retraite...) se traduisent par un « virage domiciliaire » qui s'accompagne d'une nécessaire coordination des soins de ville et de l'hôpital, mais aussi la coordination entre les différents acteurs intervenants, et l'accompagnement des aidants. Autant d'enjeux auxquels les PSAD répondent de manière efficace et pertinente, grâce à leur capacité de déploiement à large échelle, et leurs compétences organisationnelles déjà éprouvées.

Si la refondation du système de santé est un projet nécessaire mais ambitieux, elle ne peut néanmoins se faire qu'en accordant aux PSAD une reconnaissance et des moyens en cohérence avec les réformes engagées par le gouvernement et les besoins des seniors en matière de santé à domicile. Garants d'un transfert optimal des soins de l'hôpital vers la ville, les PSAD aspirent à être reconnus comme des acteurs de santé à part entière, et non comme de simples logisticiens.

Pour Charles-Henri des Villettes, président de la Fédération des Prestataires de Santé à Domicile « Les PSAD étant des acteurs engagés pour répondre aux nouveaux enjeux et accompagner le gouvernement dans ses réformes, il est indispensable de leur accorder un statut et des moyens à la mesure du rôle qu'ils sont amenés à occuper au sein du système de santé de demain. 

L'accompagnement des personnes âgées et le maintien de leur autonomie constitue un enjeu majeur pour retarder leur entrée en institution.  Cela implique l'aménagement du logement l'accompagnement de la personne et de ses aidants, et la coordination des acteurs intervenants.  Autant de compétences et expertises que les PSAD peuvent, en complémentarité avec les autres intervenants, mettre au profit de la réussite de la réforme. »

D'ailleurs, 93% des séniors sont prêts à faire confiance aux PSAD pour une prise en charge à domicile.

 


Quelles attentes ?

Véritable pivot du virage ambulatoire, la prise en charge à domicile est plébiscitée par 81% des Français de plus de 65 ans. Parmi les principales attentes citées en matière d'accompagnement à domicile, les seniors souhaitent, par ordre de priorité :
 
  • être aidés dans les démarches administratives (57%),
  • bénéficier de visites régulières (50%),
  • être informés et formés autour des traitements et dispositifs médicaux utilisés chez eux (39%),
  • avoir un soutien psychologique (21%).

 

Par ailleurs et malgré le développement des nouvelles technologies et le développement du suivi et des consultations médicales à distance, les seniors accordent beaucoup d'importance au contact humain et à la relation de proximité avec leur professionnel de santé, qu'ils souhaitent conserver pour 91% d'entre eux.

 


Quel retour d'expérience ?

Avec un taux de satisfaction de 89%, les PSAD remportent l'adhésion de la quasi-totalité des seniors ayant eu recours à un service de prestation de santé à domicile. Ces chiffres témoignent de l'engagement des prestataires de santé à domicile auprès des patients qu'ils prennent en charge. Ils leur garantissent un accompagnement quotidien et personnalisé en fonction de leur pathologie et de leur traitement.Maladies respiratoires, diabète, parkinson, déficit immunitaire, cancer, maladies rares, perte d'autonomie liée au vieillissement ou au handicap... autant de pathologies pour lesquelles les PSAD accompagnent le patient au quotidien dans le suivi de son traitement et l'utilisation de son dispositif médical (appareil d'aide à la respiration, pompe à insuline, poche de stomie, perfusion, fauteuils roulants, lits médicalisés...).



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter








Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com