60 % des Français sont à découvert au moins une fois par an

13 Juillet 2018
Rémi Lepage
Notez



Selon la dernière étude Panorabanques.com sur le découvert bancaire et les Français en 2018, ⅔ des Français souhaitent disposer d'une autorisation de découvert, qu'ils soient régulièrement ou jamais à découvert. La majorité de la population a dépassé la limite autorisée au moins une fois cette année, et cela quel que soit le niveau de revenu. En cas de dépassement, les frais bancaires sont toujours très élevés.

2 Français sur 3 souhaitent disposer d'une autorisation de découvert

66 % des Français souhaitent disposer d'une autorisation de découvert. C'est 2% de moins qu'en 2017. Gratuit dans la moitié des établissements, ce service coûte en moyenne 7€ par an (frais de mise en place ou de dossier – hors agios). Les clients les plus demandeurs d'une autorisation sont évidemment ceux qui sont le plus souvent dans le « rouge vif » : 90% des personnes qui dépassent une fois par mois leur limite autorisée souhaitent une autorisation de découvert (vs 66% en moyenne). 

Par précaution, 39% de ceux qui ne sont jamais en dépassement souhaitent quand même bénéficier d'une facilité de trésorerie A noter :le niveau de l'autorisation de découvert est en général fonction des revenus. L'usage veut que les banques consentent à leurs clients une autorisation équivalente à un demi mois de revenus mais ce n'est pas systématique.

Tous les Français sont concernés, quel que soit leur niveau de revenu

L'étude montre que presque 1/4 des Français sont en dépassement de découvert autorisé au moins une fois par mois, 20% une fois par trimestre et 16% une fois par an. 27% des Français qui gagnent moins de 1 500€ par mois sont en dépassement tous les mois. C'est deux fois plus que pour les plus aisés (revenus de plus de 3 000€ par mois) Toutefois, même les plus fortunés n'échappent pas au découvert. La moitié d'entre eux est en dépassement de découvert autorisé au moins une fois par an L'étude montre que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à souhaiter une autorisation de découvert : 69% contre 62% Elles franchissent aussi plus souvent la limite autorisée : 28% des femmes sont en dépassement tous les mois contre 21% pour les hommes. C'est 2% de plus qu'en 2017

Sur les cinq dernières années, les Français gèrent mieux leur trésorerie

24% des Français sont en dépassement 1 fois par mois en 2018 alors qu'ils étaient 28% en 2014. En 2018, ils sont 40% à ne jamais dépasser leur autorisation soit 5 points de mieux qu'en 2014 ! Les Français qui sont le plus souvent dans le « rouge vif » ressentent un plus grand besoin d'accompagnement 55% des Français en dépassement une fois par mois expriment le besoin d'être suivis par un conseiller personnel dédié (contre 44% en moyenne) 36% des Français en dépassement une fois par mois souhaitent disposer d'alertes SMS paramétrables pour les informer sur la situation de leur compte. C'est deux fois plus que la moyenne (18%).


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Quelle salle réservée à Paris pour votre soirée d’entreprise ? Les soirées d’entreprise sont très bien vues de la p… https://t.co/JDynTiK36N
Jeudi 16 Août - 15:57
Vendre sa maison à un promoteur : les pièges à éviter On y pense très rarement mais vendre sa maison ou son terrain… https://t.co/gMRzhywFPq
Jeudi 16 Août - 15:12
« Le recul des transactions immobilières n’a rien d’alarmant » À mi-parcours de cette année 2018, quel bilan tirer… https://t.co/5WRxfRlaoJ
Vendredi 20 Juillet - 10:46
Trois choses à savoir sur les marchés européens La guerre commerciale engagée par les Etats-Unis, la fin du quantit… https://t.co/ApFBAj9gvR
Vendredi 20 Juillet - 10:27





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com