L'idée du RSA a deux ans

1 Mars 2010
Notez

Entré en vigueur le 1er juin 2009, le Revenu de solidarité active connaît un succès relatif. Si le RSA "socle", venu en remplacement du RMI, fonctionne parfaitement, le RSA "activité" peine à décoller. Plutôt étonnant alors qu’il s’agit de compléments de revenus. Le premier ministre François Fillon a affirmé mercredi dernier que le RSA pour les jeunes de moins de 25 ans entrerait bien en vigueur en septembre. Il devrait bénéficier à terme à environ 160 000 jeunes, dont 120 000 en emploi.



Article publié pour la première fois le 03/03/2008

L'idée du RSA a deux ans
Aujourd’hui, le haut-commissaire aux Solidarités actives a rendu public son Livre vert sur la pauvreté. Il prône la généralisation du « revenu de solidarité active ». En 2009, 5 millions de personnes devraient en bénéficier. L’objectif est de réduire le taux de pauvreté de 15% tout en incitant à la reprise du travail.

En rejoignant le gouvernement Sarkozy, Martin Hirsch, l’ancien président d’Emmaüs, avait promis qu’il mettrait en place un projet de refonte des minima sociaux. C’est maintenant chose faite avec la création du « revenu de solidarité active » (RSA) qui cumule à la fois revenus du travail et de la solidarité. Selon lui, cela permettra aux individus de sortir du système actuel où ils doivent choisir entre recevoir des prestations d’assistance et travailler sans pour autant avoir une garantie de sortir de la pauvreté.

Le RSA est destiné à remplacer le Revenu Minimum d’Insertion (RMI), l’Allocation de Parent Isolé (API) et la Prime Pour l’Emploi (PPE). Il concernera tous les revenus allant jusqu’à 1,3 Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC), soit 5 millions de personnes. Selon des évaluations transmises aux partenaires sociaux, sa mise en place représenterait un coût net global estimé entre 1,5 et 3,5 milliards d'euros.

Le RSA, une évolution importante de la conception de l’Etat-Providence

Face à un tel coût, le chef de l’Etat a souhaité avoir des garanties en termes de faisabilité et d’efficacité. Selon les experts de Bercy, la généralisation du RSA permettrait « de réaliser entre un tiers et la moitié du chemin par rapport à l’objectif fixé » (Nicolas Sarkozy s’était engagé à réduire la pauvreté d’un tiers en cinq ans). Sa seule mise en place diminuerait d’un million le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Le barème adopté dans la plupart des départements expérimentant le RSA garantit un gain mensuel moyen d'environ 130 euros à ceux qui travaillent par rapport à leur situation actuelle.

Le RSA est donc un véritable complément de pouvoir d'achat pour les bas salaires. Mais ce qui séduit aussi le gouvernement, c’est qu’il a un effet incitatif à la reprise du travail pour les allocataires de minima sociaux. Même si de nombreuses questions demeurent (Quelle devra être la durée du versement du RSA ? Qui des départements ou de l’Etat doit assumer les dépenses supplémentaires ?), la réforme que propose le Livre vert est indéniablement une évolution importante de notre conception de l’Etat-Providence.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: Retraites : garder une vision à long terme https://t.co/dViHZaFYCU via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: #Licornes : sous le soleil des #fonds https://t.co/bLq2RwCrNQ #start-up
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: Les ambitions de @PhilippeARRAOU à la tête de @bdofrance https://t.co/Sffw6A1bEp
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com