Dette : la spirale infernale

2 Avril 2012
Notez



Début 2008, Économie et société tirait la sonnette d’alarme sur la situation de la France : "Pointés du doigt par la presse et les analystes, les PIGS (Portugal, Irlande, Grèce et Espagne) ne sont pourtant pas les seuls pays européens à avoir des problèmes avec leur dette. La France n’est pas en reste. Selon l’Insee, sa dette a explosé, en 2008, à 144,8 milliards d’euros, soit 77,6 % du Produit intérieur brut (PIB). Quant au déficit public, il a atteint 7,5 % du PIB. Des records qui devraient être battus l’an prochain au vu de la situation économique et des réformes engagées au cours de ces dernières années. En 2010, le déficit devrait s’établir au-dessus des 8 % tandis que la dette pourrait franchir les 80 %." Qu’en est-il deux ans plus tard ?

S’endetter pour rembourser sa dette

Dette : la spirale infernale
Malheureusement, rien n'a été fait et la situation continue de se dégrader, la dette progressant plus vite que le PIB. De 1980 à 2010 elle est passée de 20 % à 81,7 % du PIB. Si les taux auxquels la France emprunte pour financer cette dette sont encore relativement bas, un peu plus de 3 %, les remboursements (majoritairement des intérêts) deviennent de plus en plus lourds : environ de 50 milliards d’euros par an. C'est tout simplement le deuxième budget de l'état, après l'enseignement avec 62 milliards d’euros.

Le pire est que toutes les recettes de l'impôt sur le revenu ne suffisent pas au remboursement de la dette. Autrement dit, l’État s’endette pour rembourser sa dette. C’est comme si vous, vous alliez voir votre banquier en lui demandant un emprunt pour rembourser votre premier emprunt… Chercher l’erreur…

En 2012, l'État va devoir lever 220 milliards d’euros dont 100 milliards rien que pour rembourser le capital de la dette qui arrive à échéance. Mais que l’on se rassure (ou pas), la France n’est pas la seule touchée par ce phénomène. L’ensemble des États de la zone euro vont avoir besoin de plus de 640 milliards d’euros en 2012 et 630 milliards en 2013 pour assumer le remboursement de la dette arrivant à échéance. Pour comparaison, ce chiffre n’atteignait "que" 530 milliards d’euros en 2011.




1.Posté par La_rebelle le 06/04/2012 21:20

Surtout ne parlons jamais de la dette des Etats-Unis, car le danger vient de là-bas....... !!

En plus, il y a les "bonnes" dettes, comme celles qui servent à construire les hôpitaux et en rémunérer le personnel, et les mauvaises dettes, comme toute cette hiérarchisation que l'on retrouve au sommet de la pyramide, le gouvernement, avec des dépenses insensées et que le peuple n'a pas à payer.... !!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Le parcours atypique de Richard Thaler, le nouveau prix Nobel d'economie https://t.co/TPFa46kCOo
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com