​Brexit : une chance à saisir pour refonder l’Europe

7 Juillet 2016
Daniel Gerino
Notez

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne est une aubaine pour les autres places financières du continent mais la France engluée dans ses problèmes structurels risque de ne pas saisir cette opportunité historique. Le Brexit va surtout permettre de refonder une Europe défaillante sur de meilleures bases.



La Grande Bretagne est aujourd’hui dans une tourmente plus politique qu’économique et financière. En effet, le pays fait face aux méfaits des politiques irresponsables et des promesses irréalistes. Les phénomènes sociétaux sont souvent plus visibles dans les pays anglo-saxons et particulièrement lors de chocs évènementiels. Mais le pragmatisme britannique n’a pas tardé à refaire surface en proposant un dumping fiscal aux entreprises basées sur leur territoire, passant le taux d’IS à 15% (contre 33% pour la France). Cette mesure n’est pas anodine car elle permettra de combler le manque actuel de visibilité sur l’avenir du pays par un avantage financier très important.

Passer à côté d’une opportunité historique

La sortie de l’UE va retirer de facto aux banques la possibilité de traiter l’euro, elles devront donc se retourner vers une place éligible et de mon point de vue Dublin pourrait servir de base arrière aux établissements concernés. Ils bénéficieraient ainsi d’un environnement anglo-saxon, d’une stabilité fiscale et d’un taux d’IS tout aussi avantageux. Le risque pour la France est de passer à côté d’une opportunité historique. Mais comment être attractif quand on déclare « mon ennemi c’est la finance », quand la fiscalité est aussi forte, quand l’environnement fiscal est changeant et quand le pays se crispe (et bloque les transports) à chaque évolution nécessaire.

Difficile de rivaliser. Je pense que nous risquons de payer aujourd’hui nos blocages et erreurs à répétition. Selon les plus récentes déclarations, peu d’établissements envisagent de rapatrier leurs équipes hors UK, mais c’est sans doute encore un peu trop tôt pour se prononcer. La Bourse anglaise a plutôt mieux résisté au Brexit que les places continentales. L’indice large UK a plus souffert que l’indice resserré nettement moins tributaire du marché britannique (plus lié aux valeurs matières premières). Les places boursières européennes ont davantage souffert, marquant bien le sentiment de défiance vis-à-vis de l’UE et plus particulièrement de la zone euro.

Un choc qui produit de la volatilité à court terme

Depuis le 23 juin, le véritable danger pourrait être une anticipation excessive d’un déplacement du centre de gravité financier hors UK, provoquant une chute de l’immobilier donc de l’effet richesse qui provoquerait une déflagration sur la croissance. Le « worst case scenario » pourrait être une chute plus marquée du sterling, une intervention de la BOE qui relèverait ses taux pour soutenir le Sterling, provoquant un surcout immédiat pour l’ensemble des ménages anglais qui sont déjà fortement endettés. S’en suivrait une panne de la consommation et donc la récession. Nous ne croyons pas à ce scénario. Le marché a rapidement réalisé que la sortie de la Grande Bretagne ne se ferait pas rapidement, laissant le temps aux politiques et à la Commission européenne d’envisager le schéma le moins pénalisant pour l’UE.

A court terme, la principale conséquence est la montée des incertitudes provoquant une forte hausse des volatilités en général. La sortie de l’Angleterre est un choc important pour l’Europe et conduit à s’interroger sur la pérennité de la reprise en Zone Euro. Tous les acteurs ont privilégié la ZE depuis le début d’année à tort. Pris à contrepied ; les investisseurs doivent effectuer des réallocations dans leurs portefeuilles. De plus, les hedges funds restent présents et accroissent leurs positions contre le sterling. Les fondamentaux des entreprises vont reprendre le dessus mais il faut cependant être prudent et actionner des mécanismes de couverture de portefeuille par options, l’achat de dettes souveraines de bonne qualité faisant office de coffre-fort.

Une clarification bienvenue

Selon moi, ce Brexit est une chance à saisir car l’Angleterre a plutôt été un symbole et parfois un cheval de Troyes pour l’UE plus qu’un véritable partenaire. A toute chose malheur est bon, cela va clarifier les relations avec le UK renforcer l’axe France Allemagne qui semblait ces derniers temps se placer plutôt du côté Allemagne/ Angleterre. L’Europe telle qu’elle s’est faite ces dix dernières années n’a pas rempli ses missions. Les crises n’ont pas été évitées et la convergence en matière politique, fiscale, sociale, de défense, de R&D et d’éducation n’a pas abouti. Charge à nous d’exiger une Europe plus proche des peuples, moins castratrice, créant un élan de croissance grâce aux nombreux atouts disponibles.

Il s’agit de la zone la plus riche au monde, celle qui a un déficit publique moyen de seulement 2%, qui a une balance des paiements courants les plus excédentaires, un système de santé et de retraite parmi les plus évolués au monde, des infrastructures sans pareil et un système éducatif envié de tous. Il faut un président européen connu du grand public, présent, davantage de transparence au niveau des élus et moins de réglementation européenne dont les transpositions vont bien au-delà de nos règlementations nationales. Enfin « armer » la Banque européenne d’investissement (BEI) de tous les moyens dont elle dispose pour redéployer des projets d’avenir tels que les énergies propres, les autoroutes de l’information, une informatique européenne, le stockage de l’énergie, les biotechnologies etc. Tout ce qui fait et fera les emplois de demain.

A propos de l'auteur : Daniel Gerino est président et directeur de la gestion de Carlton Sélection et stratégiste d’Intersélection.


Daniel Gerino


1.Posté par puggioni le 03/08/2016 06:24

Plus de besoin de banque, avant d'avoir un crédit, avec des conditions favorables.Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la création de vos propres entreprise, pour vos besoins personnels plus de doute. Nous octroyons des crédits personnels allant de 2000 jusqu'à 1.000.000 avec un taux d'intérêt nominal de 1,5% quel que soit le montant. Veuillez nous préciser dans vos demandes de prêt le montant exact que vous souhaiteriez et la date.Nous contacter entreprise 10 rue de Chaumont, 75019 Paris
puggioni-christophe@hotmail.com
Nous appeler 06 54 87 58 08

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Onboarding : La technologie, alliée des néobanques face aux obligations réglementaires:... https://t.co/AuTdljeTEM https://t.co/j9N7yitVpY
Mardi 19 Septembre - 11:32
La politique monétaire sur le fil: Plus de deux ans après une création monétaire sans... https://t.co/pQrYU8qK74 https://t.co/JRNX4vZSO9
Mardi 19 Septembre - 11:22
RT @nbouzou: Comment recréer des emplois pour les classes moyennes à l'heure des robots et de l'IA ? Ma tribune pour Challenges. https://t.…
Mardi 19 Septembre - 11:12
RT @vincent_paes: "Nous assistons à une concentration du marché" Dominique Gaillard @Ardian # privateequity https://t.co/dRi72MMkPh
Mardi 19 Septembre - 11:12





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com