Un p-dg américain gagne 273 fois plus qu'un salarié

1 Juillet 2013
Notez



Selon The Economic Policy Institute, un organisme d'études spécialisé dans les recherches sur la classe moyenne, la rémunération des grands patrons aux États-Unis a augmenté de 12,7% en 2012 à 14,1 millions de dollars en moyenne, soit 273 fois le salaire moyen américain. Pour comparaison, ce ratio n’était que de 29 en 1978 !

Les États-Unis ne sont pas un cas isolé

Un p-dg américain gagne 273 fois plus qu'un salarié
Une confirmation de plus que la crise a permis d’augmenter les inégalités Outre-Atlantique. C'est ainsi la deuxième année consécutive qu'une forte hausse de la rémunération des p-dg est observée, ce qui contraste de façon frappante avec la stagnation des salaires des employés depuis 2009, le début de la reprise. L'escalade des rémunérations des grands patrons contribue de façon majeure à l'inégalité des revenus.

C'est à la fin des années 90 que l'écart s'est creusé de façon exponentielle passant à 122,6 pour 1 en 1995 puis 383,4 pour 1 en 2000, année du pic des rémunérations des grands patrons américains. Mais les États-Unis ne sont pas un cas isolé. Les inégalités ont progressé dans la grande majorité des pays avancés, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), qui dénonce l’augmentation des salaires des hauts dirigeants et des profits des grandes entreprises.

Les inégalités de revenus ont, elles, augmenté entre 2010 et 2011 dans 14 des 26 économies avancées étudiées, y compris en France. Autre explication de la hausse des inégalités salariales, la hausse du chômage. Il manque plus de trente millions d’emplois en 2013 pour retrouver le niveau d’avant la crise de 2008 et le chômage passera de 200 millions aujourd’hui à près de 208 millions en 2015, selon l’OIT.




1.Posté par www.crisemajeure.fr le 05/07/2013 21:52

1 travailleur canadien sur 6 touche un salaire du niveau du seuil de pauvreté. Idem pour 1 Nord-américain sur 5 ou 6 soumis aux contrats courts, aux emplois précaires, soit 40 à 50 millions d'individus. Tandis que les dirigeants de grandes entreprises touchent 6000 à 73.000 $ de l'heure. En 2007, entrée en crise majeure, il y avait 27 millions de Nord-américains qui étaient dépendants de bons alimentaires pour vivre, en 2013 ils sont près de 50 millions. En France, l'on cache les 17 millions d'individus qui affrontent une grande pauvreté. Et l'on pourrait multiplier les exemples.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Le parcours atypique de Richard Thaler, le nouveau prix Nobel d'economie https://t.co/TPFa46kCOo
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com