Prévisions du FMI : entre reprise de la croissance et mauvaises nouvelles

16 Avril 2015
Patrice Gautry
Notez

Une croissance mondiale qui a bien du mal à accélérer...



La croissance mondiale devrait atteindre 3.5 % en 2015 et 3.8 % en 2016, selon les prévisions du FMI. Cependant, il est frappant de voir que la conjoncture mondiale reste depuis 2013 sur un rythme de 3.4 %-3.5 %. Le crédit, le commerce mondial et peut être aussi la technologie ne sont plus des accélérateurs de croissance comme en 2000-2007. Cela ne prouve pas un arrêt de la globalisation, mais les moteurs de la croissance sont devenus domestiques et régionaux.
 

 

La croissance est redistribuée en faveur des pays développés

La bonne nouvelle pour les pays développés est que leur croissance devait atteindre 2.4% en 2015 et 2016. Mais l’accélération de 1.8% à 2.4% se fait au détriment des pays émergents qui continuent de ralentir. Si l’Europe et le Japon bénéficient d’une conjoncture en amélioration en 2015 et 2016, l’activité s’est fortement dégradée en 2015 en Russie, au Brésil et en Chine et ne s’améliore que très modestement en 2016. Seule, l’Inde tire son épingle du jeu parmi les pays émergents.
 
Le FMI a relevé les perspectives de croissance pour l’Europe (1.5% ; +0.3 point), le Japon (1% ; +0.4 point), mais abaissé celles attendues aux Etats-Unis (3.1% ; -0.5 point). Il distille des avertissements pour le futur en rappelant que les bons chiffres de cette année résultent d’une suite de chocs positifs: baisse des prix du baril (impact sur la croissance estimé entre 0.5 et 1 point), baisse de l’euro et du yen (0.5 point de croissance mondiale en plus) et baisse des taux longs et politiques monétaires expansives (on peut encore ajouter un demi-point sur la croissance).

Et après 2016, le « Nouveau Médiocre » ?

Mme Lagarde a averti que sans relance de l’investissement, de la productivité, d’une flexibilité accrue sur le marché du travail et d’une bonne gouvernance (Etats et entreprises), la croissance mondiale resterait faible. Les chiffres 2015 et 2016 ne sont pas aussi médiocres que cela, mais peut être que l’avertissement vaut pour au-delà 2016.
 
Une fois les effets des stimuli monétaires, de la baisse du pétrole et de la fin de l’austérité fiscale évaporés, seul l’investissement (infrastructures, équipements, recherche et développement) permettra à la croissance de tenir le rythme grâce à un potentiel de croissance enfin reconstruit. Sinon la croissance mondiale s’essoufflerait à nouveau: il n’est pas certain que les marchés financiers aient envie d’entendre ce genre de message !

A propos de l'auteur : Patrice Gautry est chef économiste de l’UBP.


Patrice Gautry

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Onboarding : La technologie, alliée des néobanques face aux obligations réglementaires:... https://t.co/AuTdljeTEM https://t.co/j9N7yitVpY
Mardi 19 Septembre - 11:32
La politique monétaire sur le fil: Plus de deux ans après une création monétaire sans... https://t.co/pQrYU8qK74 https://t.co/JRNX4vZSO9
Mardi 19 Septembre - 11:22
RT @nbouzou: Comment recréer des emplois pour les classes moyennes à l'heure des robots et de l'IA ? Ma tribune pour Challenges. https://t.…
Mardi 19 Septembre - 11:12
RT @vincent_paes: "Nous assistons à une concentration du marché" Dominique Gaillard @Ardian # privateequity https://t.co/dRi72MMkPh
Mardi 19 Septembre - 11:12



La politique monétaire sur le fil

19/09/2017 - Bruno Colmant

La fin de l'économie "rythmée"

24/08/2017 - Bruno Colmant

Qui emprunte en Belgique ?

17/08/2017 - Rémi Lepage

Deux générations pour stabiliser l'euro

03/08/2017 - Bruno Colmant


Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com