Pourquoi le Qatar investit-il en France ?

2 Octobre 2012
Notez



Depuis déjà quelques années maintenant, le Qatar investit massivement en France via son fonds souverain, le Qatar Investment Authority (QIA). Son entrée au capital de Total, la première entreprise française, à hauteur de 2 %, avait été le détonateur. Depuis, le fonds d’investissement ne cesse de faire ses courses en France. Il est ainsi au capital de grandes entreprises françaises comme Veolia ou Lagardère et à la tête de certains des plus beaux palaces parisiens. Il est également présent dans le sport avec le club de football parisien et le prix hippique de l’arc de triomphe.

Bref, sa participation dans un fonds "banlieue" n’a finalement rien d’étonnant. Désormais cofinancée à parité par l’État français et le privé, elle ne sera plus exclusivement orientée vers le soutien des projets d'entrepreneurs des quartiers. Comment expliquez un tel engouement pour la France ?

1- S’assurer visibilité et prestige

Pourquoi le Qatar investit-il en France ?
En France, les fonds émiriens saoudiens et koweïtiens, immensément riches, sont nettement plus actifs, notamment dans l'immobilier, tout en se montrant beaucoup plus discrets. Qui sait que le très secret fonds de Brunei possède une grande partie de la place Vendôme, l'hôtel Meurice et le Plaza Athénée ? À la différence de leurs homologues du Golfe, les investisseurs qatariens n'observent pas une logique purement financière. Ils veulent aussi de la visibilité et du prestige. "Leur stratégie d'investissement est marquée par une volonté de puissance politique", analyse Denis Bauchard, spécialiste du Moyen-Orient à l'Institut français des relations internationales.

Un choix qui les pousse parfois à acheter à des prix irréalistes. "Ce sont des acteurs économiquement irrationnels" , a lancé Bertrand Méheut, le patron de Canal +, après s'être fait souffler une bonne partie des droits de diffusion du foot français. Ce n’est pas non plus un hasard si le Qatar s’est doté de la chaîne de télévision d'information continue la plus influente du monde musulman, al-Jazeera. Il détient grâce à elle une arme de politique internationale exceptionnelle. Ironie du sort, cette chaîne couvre tous les pays, sauf le… Qatar.

2- Faire des bonnes affaires

Depuis que Qatar a acheté 2 %, le titre du pétrolier s'est envolé de plus de 30 %. Ces investissements tous azimuts ne sont donc pas une mauvaise nouvelle pour les entreprises cibles. Selon les analystes, l'entrée au capital d'un actionnaire de long terme est globalement positive car elle est interprétée par les investisseurs comme un signe de confiance. La preuve, la nouvelle a été plutôt bien accueillie en Bourse (le titre Lagardère a pris 0,36 %).

Côté LVMH aussi, les investisseurs ont plutôt tendance à soutenir les choix de l'émirat. Le groupe de luxe se porte en effet à merveille, et cette participation avant tout symbolique (1%) dénote surtout l'intérêt poussé des Qatariens pour le luxe. Par ailleurs, le Qatar lorgne depuis longtemps sur EADS, dont Lagardère détient 7,5% du capital...

Acheter un savoir faire

En terme stratégique, devenir le troisième actionnaire d'un géant comme Total n'est pas non plus un mauvais calcul lorsque l'on considère le savoir-faire industriel du pétrolier dans l'exploitation des énergies fossiles. Le Qatar ne s'en cache pas, le retour sur investissement n’est pas toujours sa priorité, il souhaite également profiter d'échanges d'expérience dans des secteurs où les synergies sont possibles. "La feuille de route est claire. Nous nous sommes engagés à mettre notre savoir-faire à la disposition des Qatariens" , expliquait récemment à L'Expansion Yannick Garillon, le directeur général de QDVC, la société commune de Vinci et Qatari Diar. En contrepartie, les groupes français remportent certains appels d'offres sur place.

Profiter des avantages fiscaux

Signée début 2008 par l’ancien Président de la République, une disposition fiscale exonère les Qataris de plus-values immobilières en France. Cet avenant à la Convention fiscale qui lie les deux pays stipule que "les gains qu’un État, sa banque centrale ou l’une des ses institutions financières obliques entièrement contrôlée par lui tire de l’aliénation de bien immobilier ne sont pas imposables dans l’autre État." Concrètement, cela veut dire qu’un organisme public qatari investissant dans l’immobilier en France, ne sera pas soumis au régime discale des plus-values. On comprend mieux pourquoi les Qataris adorent nos hôtels ! C’est donc bien la France qui souhaite faire venir ces investisseurs.




1.Posté par Maison à vendre à la Réunion le 05/10/2012 08:43

Bonjour,
Un excellent article, le Qatar investit en France parce qu'il a le pouvoir de le faire! Les avantages fiscaux sont également alléchants! La France est par ailleurs, en pleine crise, ce qui explique tout!

2.Posté par La_rebelle le 12/10/2012 17:37

Peut-être aussi une façon de soutenir l'euro, les Qataris n'ayant plus confiance dans le dollar.
Et, contrairement au commentaire précédent, je dirai que si la crise est arrivée par les USA, ceux-ci vont toujours très mal, contrairement à ce que l'on peut entendre, et que l'Europe est forte. Alors que la dette explose aux Etats-Unis, que les chiffres du chômage sont truqués, s'il y a un mot qui n'est jamais prononcé, c'est le mot "dette !"
USA et Angleterre attaque donc la zone euro......

Je recommande les excellents billets de Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe du magazine suisse Bilan http://www.bilan.ch/editoriaux/mz/qui-doit-payer-l%E2%80%99austerite
Myret Zaki, que nous avons eu l'honneur de recevoir à Annecy, est une personne pleine de bon sens, qui connait parfaitement ce dont elle parle.
Je ne sais pas si elle a l'intention d'acheter une maison à la Réunion par contre.....

3.Posté par bananan le 26/01/2013 14:01

Le Qatar et l'Arabie savent qu'il n'y aura plus de pétrole dans 40 ans, donc ils investissent en Europe pour l'islamiser le plus vite possible.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Peugeot se rêve en nouveau Mercedes: Le chemin sera long mais Carlos Tavares a adopté la... https://t.co/G2s6bb3DxQ https://t.co/LcZCwJnWKW
Mercredi 24 Mai - 12:23
Marchés : des signaux contradictoires qui incitent à la prudence: Les marchés sont... https://t.co/TFPVlixGCt https://t.co/U7h3VVa5Oz
Mercredi 24 Mai - 11:22
66 % des Français disposent d'au moins deux établissements bancaires: En France comme en Europe, l’arrivée des... https://t.co/KOcQ1VhKL1
Mardi 23 Mai - 15:22
La nouvelle norme internationale IFRS 17 révolutionne la comptabilité des assurances:... https://t.co/1bzAov7qif https://t.co/r9UaWk5wiE
Mardi 23 Mai - 14:52



Pas d’inquiétude sur la croissance ?

03/05/2017 - Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas

Quand la politique masque l’embellie économique

14/03/2017 - Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas


Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com