Pays nordiques, une trajectoire délicate

4 Septembre 2015
Rémi Lepage
Notez



L’économie mondiale est toujours en phase de reprise. Mais le rythme de croissance s’avère plus lent qu’attendu au regard des facteurs de soutien que représentent les politiques monétaires ultra-accommodantes et la baisse de moitié des prix pétroliers depuis l’été dernier. Des conditions économiques globales plus difficiles ont aussi un impact sur les perspectives des pays nordiques.

3,1% en 2015

L’économie mondiale continue d’évoluer à un rythme modeste. Nordea anticipe une croissance économique de 3,1% en 2015 à l’échelle mondiale, puis de 3,5% l’année prochaine. Pour les pays nordiques, sensibles à la conjoncture économique mondiale et à la vigueur du commerce international, les perspectives sont disparates.    
   
« Pour l’ensemble de la région nordique, nous anticipons un rythme de croissance du PIB de 1,7% en 2015 et de 1,9% en 2016. L’économie suédoise se porte bien, comme celle du Danemark, en bien meilleure santé qu’il y a deux ans. En revanche, la forte baisse des prix pétroliers pénalise l’économie norvégienne, déjà en difficulté depuis quelques années, tandis qu’en Finlande, nous ne percevons toujours pas les signes d’une reprise plus soutenue de l’économie » explique Helge J. Pedersen, Chef Economiste chez Nordea.
 
En raison d’une demande domestique très robuste, l’économie suédoise a progressé d’environ 2,5% ces dernières années. Bon nombre d’analystes estiment que le PIB national devrait croître de 3% par an en 2015 et 2016. Plus vraisemblablement, la croissance ralentira lorsque les conditions expansionnistes s’estomperont. La consommation du secteur privé et public, ainsi que l’investissement sont considérés comme des catalyseurs clés.

1,5 % pour les pays nordiques

L’impact de la chute des cours pétroliers est de plus en plus perceptible dans les principaux indicateurs économiques de la Norvège. Nous nous attendons à voir ralentir l’activité des services pétroliers dans les prochaines années. Cette tendance suggère des perspectives de croissance faible pour le pays, nous anticipons ainsi un rythme de 1,5% par an dans les années à venir.       
 
L’activité économique danoise s’est redressée progressivement et présente les signes d’une reprise auto-entretenue. Dans ces conditions, la croissance économique danoise devrait s’établir à 1,5% en 2015 et à 2% en 2016. L’amélioration du marché de l’emploi et la hausse des prix immobiliers soutiennent une croissance raisonnable de la consommation du secteur privé.     
 
En Finlande, le taux de croissance du PIB devrait rester très modeste. Aucune reprise marquée des exportations n’est en vue, tout simplement parce que le pays est spécialisé dans la production de biens intermédiaires et biens d’équipement à destination des entreprises. Or, le cycle de reprise économique mondiale est principalement soutenu par la demande des consommateurs.    


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique » https://t.co/rQZFMTxMFS via @MagDecideurs
Vendredi 17 Novembre - 14:01
RT @vincent_paes: Siemens-Alstom : le nouveau Airbus du ferroviaire ? https://t.co/Qe4qD4pze5
Mercredi 8 Novembre - 12:39
RT @vincent_paes: Retrouvez en ligne notre dossier consacré aux #licornes https://t.co/27qJoNvEzG https://t.co/jNOkfCh7qG
Mercredi 8 Novembre - 12:39
RT @vincent_paes: Les licornes doivent faire rimer croissance et bénéfice https://t.co/n93bEnsbLP via @MagDecideurs
Mercredi 8 Novembre - 12:37





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com