Mobilité au travail : vers une nouvelle politique dans l’entreprise et la société

3 Novembre 2014
Rémi Lepage
Notez



Le Forum Vies Mobiles, Institut de recherche et d’échanges sur la mobilité, a dirigé une recherche menée par le laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR) de l’École Polytechnique de Lausanne, portant sur le phénomène de la grande mobilité liée au travail à savoir, les personnes qui passent beaucoup de temps dans les transports pour des raisons professionnelles. Un actif sur deux est confronté à la grande mobilité liée au travail à un moment de sa vie. Aujourd’hui la grande mobilité n’est plus l’apanage des hommes d’affaires, des chercheurs…

Le fort impact des conditions économiques sur la grande mobilité

Elle s’est désormais étendue à bon nombre d’autres métiers (commerce, enseignement, administration…) à tel point qu’en France, une personne sur deux est concernée par une situation de grande mobilité à un moment ou à un autre de sa carrière. Alors qui sont ces grands mobiles ? 59 % des hommes grands mobiles en 2007 ne le sont plus en 2011 s’ils ont eu un enfant. Ils sont 51 % à ne plus l’être chez ceux qui n’en ont pas eu. On trouve deux fois plus de mobiles dans les familles monoparentales (15%) que dans les familles avec conjoints et enfants (8 %).

Au-delà du genre et de la structure familiale, l’étude révèle que les revenus et les niveaux de formation ne sont pas déterminants pour la pratique de la grande mobilité. Face à la dégradation du contexte économique de ces dernières années, la grande mobilité est de plus en plus nécessaire, pour concilier vie privée et vie professionnelle. Avec la hausse du taux de chômage, elle s’impose notamment aux populations les plus exposées à la précarité professionnelle. En 2011 en France (30 à 59 ans), ils étaient 80 % en Espagne.

La grande mobilité, un épisode éprouvant mais en voie de normalisation

La recherche fait ressortir qu’il est de plus en plus fréquent d’envisager de devenir grand mobile au cours de sa carrière, à plusieurs reprises et pour des périodes plus ou moins limitées. À l’exception des travailleurs mobiles par nature (pilotes, représentants de commerce, chauffeurs…), on s’y résout souvent plus par nécessité que par plaisir et essentiellement pour des raisons matérielles : obtention d’une promotion, difficultés professionnelles ou personnelles.

De plus en plus de grands mobiles jugent en effet leur situation fatigante, voire éprouvante et peu enrichissante (sauf économiquement). L’étude identifie certains effets de ce mode de vie sur la santé (fatigue), la vie de famille (éclatement familial) ou la vie sociale (moindre socialisation). Impact de la grande mobilité sur la famille :

- Entre 2007 et 2011, 13% des hommes grands mobiles se sont séparés de leur conjointe contre 9% des hommes qui ne sont pas dans ce cas.

- Chez les femmes grandes mobiles 17% ne vivent plus avec leur partenaire, contre 8% chez les non-mobiles.

Impact de la famille sur la grande mobilité. Chez les femmes, la maternité coïncide avec l’arrêt de la grande mobilité ce qui est beaucoup moins vrai chez les hommes :

- 59% des hommes grands mobiles en 2007 ne le sont plus en 2011 s’ils ont eu un enfant. Ils sont 51% à ne plus l’être chez ceux qui n’en ont pas eu.

- 56% des femmes sont restées mobiles si elles n’ont pas eu d’enfant et 83% arrêtent d’être grandes mobiles après avoir eu un enfant (dans le cas d’un 1er enfant, plus aucune ne l’est).

Vers une politique de la grande mobilité dans l’entreprise et dans la société

Néanmoins, la grande mobilité est en voie de normalisation : En 2007, en France, comme en Espagne, en Allemagne ou en Suisse, 44% des grands mobiles considéraient la grande mobilité comme normale. En 2011 ils étaient 54% à la considérer comme normale et près des deux tiers la considéraient comme une nécessité. Quand certains réussissent à s’approprier la mobilité et la mettent à profit en se détendant ou en travaillant, d’autres la voient comme du temps perdu et difficilement appropriable. La recherche relève cependant une évolution de l’appropriation des temps de transports ; de plus en plus de grands mobiles mettent leur temps de trajet à profit : Entre 2007 et 2011 le nombre de grands mobiles qui consacraient du temps à travailler dans les transports a augmenté de 30%.

Contrairement à ce que l’on pouvait attendre, les grands mobiles ne vivent pas plus en ville que dans les zones périurbaines ou rurales. Au-delà du développement d’une offre de transports plus diversifiée et plus performante, l’accroissement de la grande mobilité dans nos sociétés dépendra de l’évolution du code du travail, du marché du travail, de la structure familiale, de la fluidité du marché résidentiel et d’autres facteurs comme, la place des femmes sur le marché du travail ou la répartition des rôles homme/femme au sein du foyer. Intervenir sur les grandes mobilités ne peut se faire seulement au travers d’une politique des transports mais dans le cadre plus large d’une politique de la mobilité.

Valeur économique du temps passé à voyager

Contrainte ou volontaire, nécessaire ou occasionnelle, la grande mobilité est rarement intégrée ou perçue par l’entreprise comme un statut, voire un métier à part entière. Pour le Forum Vies Mobiles, il conviendrait que les entreprises s’attachent à mieux répertorier les métiers des grands mobiles. Au regard des résultats de cette étude, deux axes sont préconisés :

- Repérer et accompagner les grands mobiles par une politique RH spécifique.

- Développer les compétences nécessaires à la grande mobilité par exemple en attribuant ces postes à des profils adaptés (sans enfants par ex.) et les accompagner par des formations spécifiques, une revalorisation des postes et un accompagnement des familles. ​

- Faciliter le lien des grands mobiles avec leur port d’attache. Même si certains disposent d’un confort matériel supplémentaire (rémunération, transport, hébergement), le besoin d’un cadre familial et social fiable est prégnant. L’entreprise pourrait faciliter le lien familial avec des outils adaptés : tablette, skype….

- Reconsidérer la valeur économique du temps de transport des grands mobiles. Si le mouvement se poursuit et que les transports deviennent de véritables centres d'affaires, la question de la valeur économique du temps passé à voyager pourrait être posée : pourquoi ne pas le considérer tout bonnement comme un temps de travail à part entière et inciter des salariés à utiliser des moyens de transport permettant de travailler dans de bonnes conditions ?


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Onboarding : La technologie, alliée des néobanques face aux obligations réglementaires:... https://t.co/AuTdljeTEM https://t.co/j9N7yitVpY
Mardi 19 Septembre - 11:32
La politique monétaire sur le fil: Plus de deux ans après une création monétaire sans... https://t.co/pQrYU8qK74 https://t.co/JRNX4vZSO9
Mardi 19 Septembre - 11:22
RT @nbouzou: Comment recréer des emplois pour les classes moyennes à l'heure des robots et de l'IA ? Ma tribune pour Challenges. https://t.…
Mardi 19 Septembre - 11:12
RT @vincent_paes: "Nous assistons à une concentration du marché" Dominique Gaillard @Ardian # privateequity https://t.co/dRi72MMkPh
Mardi 19 Septembre - 11:12





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com