Les Jeux Olympiques sont-ils devenus une simple machine à fric ?

9 Mars 2009
Notez



Aujourd’hui, avec une audience cumulée de 40 milliards de téléspectateurs, les Jeux Olympiques constituent une véritable mine d’or. Pourtant, en 1980, lorsque Juan Antonia Samaranch est élu à la présidence du Comité International Olympique (CIO), l’institution est dans une situation financière catastrophique. Mais, le président de l’époque avait déjà compris tout le potentiel d’une telle manifestation sportive.
Les Jeux Olympiques sont-ils devenus une simple machine à fric ?

En 1984, il fait appel pour la première fois à des sponsors privés. Idée qui rapporte au CIO 150 millions de dollars de bénéfice. Un record olympique qui ne cessera d’être battu. Pour les Jeux Olympiques de Pékin, les entreprises doivent désormais débourser au minimum 100 millions de dollars pour entrer dans le club très fermé des parrains officiels de la manifestation. Autre source d’argent : les droits télévisions. En 20 ans, les droits de retransmission télévisuelle sont multipliés par treize. Pour les jeux d’Athènes, les chaînes de télévision ont ainsi dû sortir pas moins de 3 milliards de dollars.

C’est également un impact énorme pour une ville d’organiser les Jeux Olympiques. Il y a, en effet, des enjeux économiques très puissants. En Chine, 9 milliards d’euros ont été investis uniquement dans les transports en commun. La construction de nouvelles infrastructures permet de faire vivre des milliers d’entreprises. Grâce à l’organisation des jeux, la ville bénéficie également d’une image planétaire favorable, ce qui profite au développement de son tourisme.

Malheureusement, le choix de la ville organisatrice par le CIO se fait de plus en plus selon des considérations économiques. Ainsi, Pékin a été élu uniquement pour des raisons marketings. Avec un marché de plus d’un milliard de consommateurs, la capitale chinoise est une véritable aubaine pour les entreprises partenaires des jeux. Pourtant, la Chine bafoue les droits de l’Homme. Face à une telle situation, la meilleure des réponses est de remettre en cause le modèle en place. Si l’ensemble des pays boycottent les jeux, le système économique ne tient plus la route. Le CIO sera alors obligé de revenir à des considérations plus sportives et moins économiques.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Formation professionnelle : Chômage de masse ? Solution de masse !: Jamais le chômage n'a été aussi élevé en...… https://t.co/ejVF8XwzLg
Vendredi 20 Octobre - 16:25
La collaboration : nouvelle martingale des entreprises face aux acteurs du numérique: L’univers de la... https://t.co/OTIXdhUuvT
Vendredi 20 Octobre - 16:10
RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com