L’homme politique, une marque comme une autre ?

24 Novembre 2011
Notez



Note : 3/5 Intéressant

En bon vendeur, Jacques Séguéla, vice président d’Havas Advertising, sort, à quelques mois des élections présidentielles, un livre (Le pouvoir dans la peau) sur la place de la communication dans la politique. L’idée est bien sûr un peu choquante. Comment la politique peut-elle être menée par la communication ? Vend-on ici une simple lessive ? Mais pourtant le rapprochement n'est pas si faux. Pour Jacques Séguéla, la communication permet à l'homme politique de devenir une marque afin pour objectif final de devenir une star.

Seule la victoire finale permet d’accéder au statut de star.

L’homme politique, une marque comme une autre ?
"Un candidat es d’une autre race. Limité dans ses dépenses, enfermé dans un timing, soumis à l’embrasement de l’opinion, intoxiqué par le fiel de la constante critique, il est condamné à se surpasser." Le rôle de la communication est de l’aider à réaliser cette mue. Transformer l’homme politique en l’intronisant star. Beaucoup d’appelés pour un seul élu car seule la victoire finale permet d’accéder au statut de star.

Grâce à son expérience (il a participé à une vingtaine de campagne dont la plupart se sont soldées par une victoire), il décrypte les nouveaux enjeux d’une campagne électorale. Sans surprise, la place d’Internet occupe donc une place prépondérante dans son analyse. Néanmoins si cela change la façon d’agir, cela ne change pas les règles. Ces dernières sont résumées dans la postface écrite par Alastair Campbell, conseiller de Tony Blair lors de ses campagnes électorales, :

1- On vote pour une idée pas pour une idéologie.
2- On vote pour soi par pour son candidat.
3- On vote pour un homme pas pour un parti.
4- On vote pour le professionnalisme pas l’amateurisme.
5- On vote pour un projet pas pour le rejet.
6- On vote pour le cœur pas pour la rancœur.
7- On vote pour le futur pas pour le passé.
8- On vote pour le bcbg pas pour le bling-bling.

"Être en campagne, c’est comme faire l’amour"

Les candidats sont donc avertis sur les grands chantiers qu’ils auront à travailler. Mais que tous garde en tête les propos tenus par Hazel Blears, parlementaire travailliste : "Être en campagne, c’est comme faire l’amour. Si vous n’y prenez pas de plaisir, ce que vous ne savez pas y faire."

Seul bémol de taille, son partie pris trop prononcé en faveur de Nicolas Sarkozy qui fausse l’analyse. Mais lui-même ne s’en cache d’ailleurs pas : "On ne change pas de capitaine en plein tempête".



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Formation professionnelle : Chômage de masse ? Solution de masse !: Jamais le chômage n'a été aussi élevé en...… https://t.co/ejVF8XwzLg
Vendredi 20 Octobre - 16:25
La collaboration : nouvelle martingale des entreprises face aux acteurs du numérique: L’univers de la... https://t.co/OTIXdhUuvT
Vendredi 20 Octobre - 16:10
RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com