L’euro est mort, vive l’euro

6 Mai 2010
Notez



L’euro est mort, vive l’euro
Hier, l’euro est passé sous le seuil de 1,3 dollar. Malgré le plan de sauvetage de 110 milliards de dollars mis en place par les Etats européens et le Fonds monétaire international (FMI), les marchés ont cédé aux rumeurs selon lesquelles la notation de la dette espagnole serait de nouveau baissée. Cette crainte a enfoncé un peu plus l’euro. Les marchés financiers ont été affectés par ce regain de nervosité.

À tel point que de plus en plus d’économistes remettent en cause l’existence même de la monnaie unique européenne. Dès sa mise en place, Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, expliquait les limites de l’euro : l'absence de structure politique et d'un cadre fiscal. Selon lui, l'union monétaire européenne ne pouvait marcher que si l'Europe était en période d'expansion.

À la base, un problème institutionnel

La crise actuelle semble lui donner raison. Désormais, l’économiste américain en vient à remettre en cause l’existence même de la monnaie européenne : "Si l'Europe ne règle pas ses problèmes institutionnels fondamentaux, l’euro pourrait bien vivre ses derniers instants". "Au vu des difficultés des Européens à s'unir pour venir en aide à la Grèce, la coopération aurait probablement posé encore plus problème si le pays en difficulté avait été plus grand" explique-t-il à BBC Radio 4.

Critique d’autant plus justifiée que la Banque centrale européenne (BCE) est de plus en plus fragile. Sa décision d’assouplir ses règles de crédit pour les obligations grecques a remis en cause son autorité.

La dette des Etats, les nouveaux "subprimes"

Dans cette tourmente, le rôle des banques sera crucial. En septembre 2008, la faillite de Lehman Brothers avait fait souffler un vent de faillite sur les marchés. 20 mois plus tard, c’est au tour des Etats de trembler. La crédibilité budgétaire est le nouveau "subprime". Sauvées hier par les contribuables, ce sont elles qui ont le potentiel de sauver les Etats. D’ailleurs, ce sont elles qui portent l’essentiel des dettes des Etats.

Le sort de l’Euro est donc entre les mains des banques. Les Etats ne peuvent, pour le moment, rien faire. Ils doivent rester solidaires s’ils ne veulent pas que l’Euro s’effondre. Une fois la stabilité revenue, ils devront réfléchir à mettre en place un système plus cohérent. Un traité de Maastricht II est plus que jamais nécessaire.




1.Posté par Francoise-Louise le 07/05/2010 06:48

Je reconnais que j'ai cru que l'Euro était une bonne idée.
En fait, je n'avais considéré que l'aspect économique en oubliant qu'il fallait aussi harmoniser l'aspect social MONDIAL avant de créer une monnaie MONDIALISABLE.
Aujourd'hui, je souhaite que l'Euro éclate afin d'éviter qu'elle n'explose.
Les monnaies Nationales permettent aux états d'utiliser laplanche à billets pour assurer l'équilibre vital intérieur qui est plus important que les relations extérieures pour les 80% de la population qui dispose de 20% des revenus. L'Euro sert l'épargne des autres, ceux qui pourraient consommer toute leur vie sans nouveaux revenus. Mais sur 1 ou 2 générations (hypothèse optimistissime) maximum.
L'Euro se meurt. Vive ses funérailles !

2.Posté par J-F Onillon le 08/07/2010 10:47

Mettre la charrue avant les boeufs ou créer une entité monétaire avant de la créer politiquement. Voila le résultat aujourd'hui; pressenti par les français qui avaient rejeté ce traité scélérat mais imposé depuis par Sarkozi.
Le prix à payer va être lourd! Des décisions sont à prendre IMMEDIATEMENT pour limiter les dégâts consécutifs à l'Euro lui-même mais aussi à la recession économique qui arrive en Amérique et va entraîner l'Europe à sa suite.
Quand nos politiques feront-ils preuve de courage et d'imagination au lieu de se cantonner à des modèles surranés, à un dogmatisme qui n'est plus en harmonie avec l'évolution actuelle du monde? Ne sont-ils vraiment tous que des singes qui se tiennent par la barbichette ou des autruches qui ont la tête plus basse que leurs pattes?
Je vous invite à prendre connaissance de l'article de Bernard CONOLLY sur l'Observatoire de l'Europe.com. Edifiant et terrifiant pour les autruches qui se disent tous les matins: ça ira, ça ira...
Voir aussi le commentaire sur le livre de Christian St-Etienne: La fin de l'Euro; ici: http://www.cfo-news.com/La-fin-de-l-euro_a10319.html

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Peugeot se rêve en nouveau Mercedes: Le chemin sera long mais Carlos Tavares a adopté la... https://t.co/G2s6bb3DxQ https://t.co/LcZCwJnWKW
Mercredi 24 Mai - 12:23
Marchés : des signaux contradictoires qui incitent à la prudence: Les marchés sont... https://t.co/TFPVlixGCt https://t.co/U7h3VVa5Oz
Mercredi 24 Mai - 11:22
66 % des Français disposent d'au moins deux établissements bancaires: En France comme en Europe, l’arrivée des... https://t.co/KOcQ1VhKL1
Mardi 23 Mai - 15:22
La nouvelle norme internationale IFRS 17 révolutionne la comptabilité des assurances:... https://t.co/1bzAov7qif https://t.co/r9UaWk5wiE
Mardi 23 Mai - 14:52



Pas d’inquiétude sur la croissance ?

03/05/2017 - Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas

Quand la politique masque l’embellie économique

14/03/2017 - Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas


Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com