L’agriculture française, un secteur sous perfusion

9 Mars 2010
Notez



L’agriculture française, un secteur sous perfusion
"Bien sûr, aller saluer les stands, les éleveurs, les producteurs, ça fait partie de la tradition, du folklore, c'est sympathique, j'aime beaucoup ça, je l'ai fait moi aussi depuis des années. Mais enfin, ce n'est pas au nombre de mains serrées qu'on va résoudre les problèmes des agriculteurs. (…) On prend les cadeaux, on embrasse les petites filles, on se fait photographier devant les plus belles bêtes. Tous peuvent faire ça. Mais moi, je suis président de la République. De moi, on attend les décisions, les actes, et du combat".

Après la crise financière, la crise agricole

Comme toujours Nicolas Sarkozy y va d’une phrase choc lors du salon de l’Agriculture. Il faut reconnaître que c’est mieux que l’an passé et son célèbre "Casse toi pauvre con". Pour autant, son discours n’a pas rassuré les agriculteurs qui restent très inquiets pour leur avenir. En une année, les agriculteurs ont vu leurs revenus baisser d'un tiers. Les producteurs laitiers, les plus touchés par la baisse des cours, ont, quant à eux, vu leur revenu s’effondrer de 50 %.

Pour les rassurer, Nicolas Sarkozy a voulu jouer les sauveurs. "Je ferai pour l'agriculture française ce que nous avons essayé de faire pour la crise financière". Vu le résultat, on ne sait pas si cette annonce a vraiment dû rassurer les agriculteurs.

Un secteur stratégique

Comme ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy mise tout sur les subventions. "L'argent sera là pour financer tout ce qui vous permettra de passer le gros de la crise", déclarait-il devant les représentants des organisations agricoles. Dans l'immédiat, il a indiqué que l'enveloppe de prêts bonifiés d'un milliard d'euros annoncée en octobre pour le soutien à la trésorerie des agriculteurs était augmentée à 1,8 milliard.

De même, il a porté à 150 millions d'euros les fonds, prévus à l'origine pour 100 millions, destinés à aider les agriculteurs les plus endettés à faire face à leurs intérêts d'emprunts. Si l’agriculture est fortement sous perfusion, c’est qu’elle reste un secteur clé pour l’économie française.

Mais cela risque de ne pas suffire. La réforme de la Politique agricole commune, prévue en 2013, inquiète énormément les agriculteurs. La baisse des subventions européennes risque de peser lourdement sur l’agriculture française. Pour faire face au phénomène, le gouvernement français souhaite explorer de nouvelles voies. Il souhaite mettre en place des préférences communautaires.

"Il est anormal qu'on continue à importer en Europe des viandes de pays qui n'ont aucune règle de traçabilité. On est souple sur la question des subventions mais on sera rigide sur la question de la préférence communautaire et la question des prix" explique Nicolas Sarkozy lors du Salon de l’Agriculture.

Le mal est avant tout structurel

Mais ces mesures conjoncturelles ne sauraient répondre à un mal qui est beaucoup plus structurel. Le marché français est trop fragmenté. Les producteurs doivent se regrouper et structurer leurs filières s’ils veulent être en mesure de mieux négocier face à la grande distribution. Dans ce sens, Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour une modification du droit de la concurrence pour l'agriculture. Selon lui, l’interprofession doit être en mesure de fixer un prix sans que l’on crie au cartel. Deux poids, deux mesures, donc.

L’agriculture française manque de compétitivité. Face aux pays en développement, ses coûts de revient sont beaucoup trop élevés. Pourquoi alors ne pas se spécialiser sur du haut de gamme, comme ce qui se fait dans l’industrie ? Avec la mode du durable, l’agriculture française pourrait se lancer dans l’agriculture respectueuse de l’environnement. Le prix de revient serait supérieur mais justifié par une plus grande qualité.




1.Posté par dedravo le 07/06/2011 12:34

Vous souhaitez bénéficier d’un crédit pour la mise en œuvre de vos
projets, Vous souhaitez bénéficier d’un fond de commerce, vous
souhaitez bénéficier d’un crédit pour le financement de vos Etudes à
l’Etranger, Vous souhaitez changer de voiture, vous équiper en
électroménager, vous offrir une nouvelle maison. Profitez des
nombreuses formules de prêts personnels adaptés a tous vos besoins.
Bénéficiez de notre expertise c'est simple et rapide. Contactez-nous
par mail.Pretparticuliers@msn.com

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Qui emprunte en Belgique ?: Les Belges ont été nombreux en 2016 à souscrire un crédit... https://t.co/kev2vryAj9 https://t.co/KIDRVPFrfc
Jeudi 17 Août - 11:07
41 € / mois pour les contenus culturels numériques: PayPal révèle aujourd'hui une... https://t.co/J0aR6JP5Kx https://t.co/tGx5XpjRdI
Mercredi 16 Août - 14:17
Les Français et le déménagement: Trois millions de ménages français déménagent chaque... https://t.co/9SgguvelIs https://t.co/ozssnk8moh
Mercredi 9 Août - 17:27
L’Europe veut être à la pointe en matière de finance durable: Le groupe d’experts à haut... https://t.co/NAo6zGwkbj https://t.co/vUUOrKXa4Y
Mardi 8 Août - 16:52





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com