L’OCDE : juge et partie

11 Mars 2010
Notez



Autres articles
L’OCDE : juge et partie
En 2005, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) mettait en place "Objectif croissance", programme dont la nouvelle forme de surveillance structurelle devait permettre à l’ensemble des pays de l’OCDE de retrouver une croissance durable. Cinq ans plus tard, les résultats sont loin de ceux qui étaient attendus. Il faut dire que l’organisation internationale n’avait sûrement pas prévu la crise financière de 2007.

Alors que l’OCDE plaidait pour une croissance durable basée sur des réformes structurelles orthodoxes, elle n’a pas su ouvrir les yeux sur ce qui se passait dans le système financier. L’institution internationale mérite donc un carton rouge. D’autant plus que, malgré son échec, l’OCDE se permet toujours de critiquer les politiques économiques de ses membres. Or, les politiques économiques qu'elle défend ne font pas l'unanimité au sein des pays membres.

Avec "Objectif croissance", l’OCDE a mis en place un système de bon élève – mauvais élève. L’appréciation de la performance est centrée sur le PIB par tête, la productivité et l’emploi. Elle espère que les réformes qui aient marché dans un pays produisent le même effet dans un autre. Mais cette vision ne prend pas en compte les particularités nationales. Autant dire que cette stratégie n’a aucun intérêt.

France : tout juste la moyenne

Etonnamment, la France ne figure pas parmi les bons élèves. L’OCDE juge que l’effet des mesures économiques est mesuré. L’institution internationale critique notamment les rigidités persistances sur le marché du travail. L'instauration de la rupture conventionnelle des contrats de travail à durée indéterminée (CDI) et la mise en place du revenu de solidarité active (RSA) sont saluées par l’OCDE. Néanmoins, elle estime que cela ne suffit pas à améliorer le fonctionnement du marché du travail français.

Seul bon point pour la France, la politique de la concurrence. L’OCDE salue la création d'une nouvelle Autorité de la concurrence en 2009 et la loi de modernisation de l'économie qui a accordé aux distributeurs une plus grande liberté de négociation des prix avec leurs fournisseurs.

Pour lire le rapport, cliquez-ici.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Formation professionnelle : Chômage de masse ? Solution de masse !: Jamais le chômage n'a été aussi élevé en...… https://t.co/ejVF8XwzLg
Vendredi 20 Octobre - 16:25
La collaboration : nouvelle martingale des entreprises face aux acteurs du numérique: L’univers de la... https://t.co/OTIXdhUuvT
Vendredi 20 Octobre - 16:10
RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com